© 2019 Radio Perfecto | vie privée

GOLDEN SMOG (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO

01/03/2019

Golden Smog est le seul super groupe Americana aussi pertinent et qualitativement irréprochable que ses différentes valeurs ajoutées. Voilà, tout est dit.

 

Attendez, posons-nous un moment quand même. Déjà, la liste des groupes originaux des musiciens ayant participé à l'un et ou l'autre des nombreuses formations a de quoi filer le tournis : Big Star, Soul Asylum, The Replacements, The Jayhawks, The Honeydogs, Wilco et Run Westy Run. Oui, quand même !

 

Si beaucoup de ces formations ont tourné autour d'un quatuor composé de Kraig Johnson de Run Westy Run, Gary Louris et Marc Pearlman des Jayhawks et Dan Murphy de Soul Asylum, l'origine exacte du groupe est assez floue et pourrait très bien remonter à deux autres groupes, apparus pour des concerts one-shot en 1987 puis en 1989.

 

Le premier de ces groupes s'était fait appeler "The Take To The Limit Band" pour un concert unique assuré en janvier 1987 et qui comprenait pour sa majeure partie des reprises des Eagles (avec donc un clin d'œil à la chanson "Take It To The Limit", de l'album One Of These Nights), avec autour de Davie Pirner et Dan Murphy, la paire leader de Soul Asylum, Martin Zellar (Gear Daddies) et Jim Boquist (plus tard dans Son Volt). 

 

Rebelote deux ans plus tard, avec les mêmes, sous le nouveau sobriquet de "Her Satanic Majesty's Paycheck", pour je vous le donne Emile, un concert tribute aux Rolling Stones.

 

La même année (1989 donc), le nom Golden Smog (tiré du surnom de Fred Pierrafeu, dans un épisode de la série, clin d'œil à un autre surnom, véridique celui-ci, dont était affublé Mel "The Velvet Fog" Tormé, le chanteur de jazz) retentit pour la première fois, dan sla ville de Minneapolis, comme une réflexe d'auto-défense du milieu country rock contre les groupes hardcore ou punk qui pullulaient alors. 

 

Golden Smog avait été conçu comme un groupe défouloir, qui devait seulement assurer quelques concerts par an, quasi exclusivement composés de reprises de standards —et sa composition était particulièrement élastique et variable.

 

Par contre, quand fut enregistré le premier mini-album du groupe, On Golden Smog (également composé de reprises : Thin Lizzy, Bad Company, Rolling Stones…), en 1992, son line-up était beaucoup plus clairement défini, avec tout de même Marc Pearlman et Gary Louris des Jayhawks, Dan Murphy et Dave Pirner de Soul Asylum, Chris Mars le batteur des Replacements, ainsi que Kraig Johnson de Run Westy Run. 

 

Petite blaguounette pour bien insister sur l'aspect récréatif du groupe, et aussi pour contrer les diverses obligations contractuelles des uns et des autres, chaque musicien est présenté avec un pseudonyme combinant leur second prénom et le nom de la rue où ils ont été élevés. Ce qui nous donne par exemple David Spear-Way pour Dan Murphy, Michael Macklyn-Drive pour Gary Louris ou encore Eddie Garfield-Avenue pour Chris Mars !

 

Petit à petit, le groupe commence à ajouter des compositions originales à son répertoire, tant et si bien que le premier album, Down By The Old Mainstream (1995) ne comporte plus que deux covers :  "Glad And Sorry", composée par Ronnie Lane pour l'album Ooh La La des Faces et "She Don't Have To See You", une chanson d'un songwriter texan lui-même plutôt méconnu, Bobby Patterson (qui a travaillé cependant pour des gens comme Fontella Bass, Albert King, Chuck Jackson ou Little Johnny Taylor).

 

Contre toute attente, mais ça n'est pas si étonnant quand on prête une oreille attentive à l'admirable travail de compositions des Louris, Tweedy and co, l'album se classe à la quatorzième place des meilleures ventes du Billboard, tout en récoltant une presse particulièrement dithyrambique.

 

Tweedy et Louris, bien évidemment les meilleurs songwriters de la bande, et forcément ceux dont le travail est le mieux mis en sons et mélodies, ce qui sera aussi le cas de l'album suivant, Weird Tales (1998), composé cette fois-ci uniquement d'originaux et pour lequel chacun a mis son pseudonyme au placard. C'est dire si Golden Smog devenait un peu plus qu'un side-project. Sur ce disque en guests, nous retrouvons Jim Dickinson au Wurlitzer, ainsi que Brian Paulson, qui le produit, au Minimoog. 

 

Mes les lois du marché sont parfois difficiles à comprendre ou déchiffrer et l'album fonctionne moins bien, conduisant carrément Golden Smog à une longue inactivité, jusqu'à l'année 2005 où le groupe, à ce moment-là formé de Louris, Murphy, Pearlman et Johnson, part en Espagne pour enregistrer un nouvel album, Another Fine Day, qui parait l'année suivante (avec une unique reprise, mais de poids, le "Strangers" des Kinks, une composition de Dave Davies), bientôt suivi de Blood On The Slacks, également un an plus tard et plus court sur pattes (8 titres au lieu des 15 de son prédecesseurs, dont deux reprises un peu passe-partout, "Tarpit" de Dinosaur Jr et "Starman" de Bowie). 

 

Une tournée est même organisée en 2006, avec notre carré d'as augmenté d'un batteur et d'un claviériste, mais la flamme qui animait le groupe dans les années 90 semble à moitié éteinte et une compilation, en 2008, vient refermer l'une des plus belles pages de la musique americana, avec bien sûr celles toujours en cours d'écriture, des Jayhawks et de Wilco…

 

Christophe Goffette

www.goofprod.com

 

LA SÉLECTION DU GOOF   :

  1. Golden Smog « Shooting Star » (On Golden Smog, 1992)

  2. Golden Smog « Cowboy Song » (On Golden Smog, 1992)

  3. Golden Smog « V » (Down By The Old Mainstream, 1995)

  4. Golden Smog « Pecan Pie » (Down By The Old Mainstream, 1995)

  5. Golden Smog « Red Headed Stepchild » (Down By The Old Mainstream, 1995)

  6. Golden Smog « Looking Forward To Seeing You » (Weird Tales, 1998)

  7. Golden Smog « Until You Came Along » (Weird Tales, 1998)

  8. Golden Smog « If I Only Had A Car » (Weird Tales, 1998)

  9. Golden Smog « You Make It Easy » (Another Fine Day, 2006)

  10. Golden Smog « Starman » (Blood On The Stacks, 2007)

 

 

Déjà paru :

Alarm (The) (Declaration, 1984) Alice Cooper part 1 — Alice Cooper part 2 — Alice Cooper part 3 — Alice Cooper part 4 — Alice Cooper part 5 — Alice Cooper part 6Alice Cooper part 7 Alice Cooper part 8Alice Cooper part 9Armageddon ("Armageddon", 1975) Asherton (Johan) ;

Bad Company ("Bad Co", 1974) Balaam And The Angel BangBig Country ("The Crossing", 1983) — Blackfire — Black Pearl — Blodwyn Pig — Blue Ash ("No More No Less", 1973) — Bohemian Rhapsody (biopic, rock et cinéma) — Butler (John) Trio ("Sunrise Over Sea", 2004) — Buzzcocks ;

CactusCaptain BeyondCars (The) ("The Cars", 1978)Cars (The) ("Candy O", 1979) —  Cars (The) ("Panorama", 1980) — Chameleons (The) — Cheap Trick ("Cheap Trick", 1977) — Church (The) ("The Blurred Crusade", 1982) — Churchills (The) ("Churchill's", 1968) — Churls (The) — Cousins (Dave) ("Two Weeks Last Summer", 1972) — Cowboy Nation ;

Del Fuegos (The) — Del Lords (The) — Dramarama ("Cinéma Vérité", 1985) — Dream Syndicate (The) ("The Days Of Wine And Roses", 1982) — Dubrovniks (The) — Dust

El Khatib (Hanni)

Fat ("Fat", 1970) FFSFleetwood Mac (1/2) — Fleetwood Mac (2/2) ;

Ginhouse (Ginhouse, 1971) Gods (The) — Grant Lee Buffalo ("Fuzzy", 1993) — Greatest Show On Earth (The) — Green On Red ("Here Come The Snakes", 1988) ;

Hawkins (Taylor) & The Coattail RidersHearts And Minds ("Hearts And Minds", 1990) — Hendrix (Jimi) ("Voodoo Soup", 1995, part One)Hendrix (Jimi) ("Voodoo Soup", 1995, part Two) — Hold Steady (The) ("Boys And Girls In America", 2006) — Hoodoo Gurus ;

Immaculate Fools ("Dumb Poet", 1987) ;

Jo Jo Gunne ;

Kak (Kak, 1969) — Kings Of Leon ("Youth & Young Manhood", 2003) ;

Langhorne Slim "Be Set Free", 2009)Last Barons — Led Zeppelin Part 1Led Zeppelin Part 2 — Led Zeppelin Part 3  Little Bob ("Lost Territories", 1993) London Cowboys — Lords Of The New Church (The) ("The Lords Of The New Church, 1982)Lucifer's Friend ("Lucifer's Friend", 1970) — Lyres ;

Malin (Jesse)  — Marriott (Steve) (1/2)Marriott (Steve) (2/2) — Mathe (Patrick) — McFadden (Eric)Midnight Oil part 1Midnight Oil part 2 — Midnight Oil part 3 — Midnight Oil part 4Modern Lovers (The) ("The Modern Lovers", 1976) — Moore (Gary) (Blues For Greeny, 1995) ; Mother Tongue ("Mother Tongue", 1994) — Mumford And Sons ("Sigh No More", 2009) — Murphy (Elliott) ("Selling The Gold", 1995)

Nazareth Part 1Nazareth Part 2New York Dolls ("New York Dolls", 1973) ;

101'ers (The) — O'Neill (Jimme) ("Real", 2008)

Patto ("Patto", 1970) — Peer Günt — Petty (Tom) ("The Last DJ", 2006)Pink Fairies — Presidents Of The United States Of America (The) — Primevals (The) ("Sound Hole", 1986) ;

Quill ("Quill", 1970)

Rainmakers (The) "Skin" (1996)Ramones ("Mondo Bizarro") — Rave-Ups (The) Reed (Lou) — Replacements (The) ("Let It Be", 1984) — Ronson (Mick) — Russell (Calvin) ("Sounds From The Fourth World", 1991) ;

Sam Gopal ("Escalator", 1969)Satriani (Joe) 80's part 1 Satriani (Joe) 80's part 2Satriani (Joe) 80's part 3 — Scott (Mike) ("Bring 'Em All In", 1995)Senseless Things — Sheriff (Les)Sixteen Horsepower — Smithereens (The)Social Distortion — Soul Aylum ("Let Your Dim Light Shine", 1995) — Spedding (Chris) — Springsteen (Bruce) (The Ghost Of Tom Joad, 1995) ; 

Taylor (Roger) (1/2)Taylor (Roger) (2/2) — The The ("Soul Mining", 1983) Tolman (Russ)

Uncle Tupelo ("No Depression", 1990) Unforgiven (The) ("The Unforgiven", 1986) ;

Variations (Nador, 1969) — Violent Femmes ("Violent Femmes", 1983)  Violent Femmes ("Hallowed Ground", 1984) — Violent Femmes ("The Blind Leading The Naked", 1986) ; 

Waterboys (The) ("The Waterboys", 1983)Waterboys (The) ("A Pagan Place", 1984) — Waterboys (The) ("This Is The Sea", 1985) — Westerberg (Paul) (Eventually, 1996) — Wild Turkey — Workman (Hawksley) ("Treeful Of Starling", 2006) ;

X ("Los Angeles", 1980) ;

Zappa (Frank) part 1 Zappa (Frank) part 2 Zappa (Frank) part 3 Zappa (Frank) part 4 — Zappa (Frank) part 5 Zappa (Frank) part 6 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

VIETNAM "VIETNAM" (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO

03/03/2019

1/10
Please reload

Posts Récents