© 2019 Radio Perfecto | vie privée

IMMACULATE FOOLS "DUMB POET" (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO

28/02/2019

Question à dix balles : quel rapport entre Dirty Ray, illuminé guitariste chanteur compositeur (vu notamment à la Crossroads Night, mais aussi aux côtés de Little Bob pour le concert du Trabendo marquant ses 30 ans de scène), croisement improbable du boom boom beat de mister Hooker et de la gouaille pilier de bar d’un Tom Waits, mais avec une touche (et un humour, si si) toute british ; et Immaculate Fools, groupe remarqué au milieu des années 80, avec ses premiers 45 tours racés qui n’étaient pas sans rappeler un David Bowie (mais avec la voix de Richard Butler, des Psychedelic Furs !) qui aurait pris des cours d’arrangements classieux (si si) ?

 

 

Eh bien, aussi incroyable que cela puisse paraître aux dix-sept personnes sur cette planète qui ont écouté les deux, il s’agît d’une même personne : Kevin Weatherill, devenu Ray le vilain petit canard, en hommage à son défunt père, puisqu’il s’agissait de son nom de scène. 

 

Sauf qu’Immaculate Fools, du temps de ses deux premiers albums (celui-ci est le second, mais le premier vaut aussi le coup d’oreille, bien que plus inégal) était un vrai effort collectif, fruit de la cogitation en groupe de deux fois deux frères : les Weatherhill bros donc, avec Paul à la basse ; et les frères Ross, dont Andy, remue-méninges devenu trouble-fête, qui sera celui qui sèmera rapidement la zizanie. 

 

Entre temps sera parue cette petite merveille qui, incroyable, n’a pas énormément vieilli, malgré une production très typée eighties tout de même (basse ronde, guitare un peu light, batterie qui manque un chouilla de peps). Grâce notamment à une richesse, mélodique d’une part, structurale d’autre part, de véritables cathédrales d’arrangements bâties à l’ancienne, une bonne grosse couche sur une autre couche, et ainsi de suite, et quand même des guitares bien épaisses pour prévenir et colmater les brèches. 

 

Mais avec ceci dit une grande clarté d’ensemble et ces petits moments où la voix est seule à bord (ou légèrement soutenue par de discrets claviers, voir le sublime et court sur pattes « So Much Here »), délivrant des textes parmi les plus remuants qui soient, comme sur le final incroyable de « Stay Away », titre composé un soir où Kevin apprit le suicide d’un de ses amis. 

 

Autre particularité du disque : son lot de guitares virevoltantes, jamais gratuites, toujours bien placées, avec solos planants à trois mètres au-dessus de l’asphalte. Un régal. 

 

Et pour ceux qui ont écouté la chose à l’époque, voici une poignée de moments forts qui devraient leur rappeler quelques bons souvenirs : « Wish You Were Here », le morceau qui donne son titre à l’album, « Tragic Comedy » ou encore « Never Give Less Than Everything » qui a toujours été le mot d’ordre du quatuor sur scène, où il excellait (remember leur prestation magnifique à la Cigale la même année que la sortie de ce disque, soit en… 1987 ?). 

 

La suite mérite aussi qu’on s’y attarde, que ce soit Another’s Man World (1990), plus dissipé mais bien inspiré tout de même (Andy Ross a déjà un pied dehors, mais produit le disque de manette de maître) ; The Toy Shop (1992), décevant à l’époque mais qui gagne à la réécoute aujourd’hui bien qu’inégal (grosse pression de CBS à l’époque) ; Woodhouse (1995), acoustique avec notamment une nouvelle version sublime de « Wish You Were Here » ; et enfin Kiss & Punch (1996) qui, quelque part, est la parfaite transition avant l’ère Dirty Ray, moins prolifique discographiquement parlant : un premier disque, auto-produit, en 1999, puis une montagne de démos archi prometteuses et enfin un second album, bien plus tard (en 2010), avant le retour tonitruant des Fools, à nouveau installés en Espagne (avec un backing band espagnol et très féminin), qui ont sorti deux albums de bien belle tenue (2015 et 2017), ainsi que des remasterisations classieuses (en vinyle uniquement de leurs deux premiers albums)…

 

Christophe Goffette

www.goofprod.com

 

LA SÉLECTION DU GOOF   :

  1. Immaculate Fools « Never Give Less Than Everything » (Dumb Poet, 1987)

  2. Immaculate Fools «Tragic Comedy » (Dumb Poet, 1987)

  3. Immaculate Fools « One Minute » (Dumb Poet, 1987)

  4. Immaculate Fools « Dumb Poet » (Dumb Poet, 1987)

  5. Immaculate Fools « So Much Here » (Dumb Poet, 1987)

  6. Immaculate Fools «Wish You Were Here » (Dumb Poet, 1987)

  7. Immaculate Fools « Don't Drive The Hope From My Heart » (Dumb Poet, 1987)

  8. Immaculate Fools « She Fools Everyone » (Dumb Poet, 1987)

  9. Immaculate Fools « Pretty Prize Now » (Dumb Poet, 1987)

  10. Immaculate Fools « Stay Away » (Dumb Poet, 1987)

Déjà paru :

Alarm (The) (Declaration, 1984) Alice Cooper part 1 — Alice Cooper part 2 — Alice Cooper part 3 — Alice Cooper part 4 — Alice Cooper part 5 — Alice Cooper part 6Alice Cooper part 7 Alice Cooper part 8Alice Cooper part 9Armageddon ("Armageddon", 1975) Asherton (Johan) ;

Bad Company ("Bad Co", 1974) Balaam And The Angel BangBig Country ("The Crossing", 1983) — Blackfire — Black Pearl — Blodwyn Pig — Blue Ash ("No More No Less", 1973) — Bohemian Rhapsody (biopic, rock et cinéma) — Butler (John) Trio ("Sunrise Over Sea", 2004) — Buzzcocks ;

CactusCaptain BeyondCars (The) ("The Cars", 1978)Cars (The) ("Candy O", 1979) —  Cars (The) ("Panorama", 1980) — Chameleons (The) — Cheap Trick ("Cheap Trick", 1977) — Church (The) ("The Blurred Crusade", 1982) — Churchills (The) ("Churchill's", 1968) — Churls (The) — Cousins (Dave) ("Two Weeks Last Summer", 1972) — Cowboy Nation ;

Del Fuegos (The) — Del Lords (The) — Dramarama ("Cinéma Vérité", 1985) — Dream Syndicate (The) ("The Days Of Wine And Roses", 1982) — Dubrovniks (The) — Dust

El Khatib (Hanni)

Fat ("Fat", 1970) FFSFleetwood Mac (1/2) — Fleetwood Mac (2/2) ;

Ginhouse (Ginhouse, 1971) Gods (The) — Grant Lee Buffalo ("Fuzzy", 1993) — Greatest Show On Earth (The) — Green On Red ("Here Come The Snakes", 1988) ;

Hawkins (Taylor) & The Coattail RidersHearts And Minds ("Hearts And Minds", 1990) — Hendrix (Jimi) ("Voodoo Soup", 1995, part One)Hendrix (Jimi) ("Voodoo Soup", 1995, part Two) — Hold Steady (The) ("Boys And Girls In America", 2006) — Hoodoo Gurus ;

Jo Jo Gunne ;

Kak (Kak, 1969) — Kings Of Leon ("Youth & Young Manhood", 2003) ;

Langhorne Slim "Be Set Free", 2009)Last Barons — Led Zeppelin Part 1Led Zeppelin Part 2 — Led Zeppelin Part 3  Little Bob ("Lost Territories", 1993) London Cowboys — Lords Of The New Church (The) ("The Lords Of The New Church, 1982)Lucifer's Friend ("Lucifer's Friend", 1970) — Lyres ;

Malin (Jesse)  — Marriott (Steve) (1/2)Marriott (Steve) (2/2) — Mathe (Patrick) — McFadden (Eric)Midnight Oil part 1Midnight Oil part 2 — Midnight Oil part 3 — Midnight Oil part 4Modern Lovers (The) ("The Modern Lovers", 1976) — Moore (Gary) (Blues For Greeny, 1995) ; Mother Tongue ("Mother Tongue", 1994) — Mumford And Sons ("Sigh No More", 2009) — Murphy (Elliott) ("Selling The Gold", 1995)

Nazareth Part 1Nazareth Part 2New York Dolls ("New York Dolls", 1973) ;

101'ers (The) — O'Neill (Jimme) ("Real", 2008)

Patto ("Patto", 1970) — Peer Günt — Petty (Tom) ("The Last DJ", 2006)Pink Fairies — Presidents Of The United States Of America (The) — Primevals (The) ("Sound Hole", 1986) ;

Quill ("Quill", 1970)

Rainmakers (The) "Skin" (1996)Ramones ("Mondo Bizarro") — Rave-Ups (The) Reed (Lou) — Replacements (The) ("Let It Be", 1984) — Ronson (Mick) — Russell (Calvin) ("Sounds From The Fourth World", 1991) ;

Sam Gopal ("Escalator", 1969)Satriani (Joe) 80's part 1 Satriani (Joe) 80's part 2Satriani (Joe) 80's part 3 — Scott (Mike) ("Bring 'Em All In", 1995)Senseless Things — Sheriff (Les)Sixteen Horsepower — Smithereens (The)Social Distortion — Soul Aylum ("Let Your Dim Light Shine", 1995) — Spedding (Chris) — Springsteen (Bruce) (The Ghost Of Tom Joad, 1995) ; 

Taylor (Roger) (1/2)Taylor (Roger) (2/2) — The The ("Soul Mining", 1983) Tolman (Russ)

Uncle Tupelo ("No Depression", 1990) Unforgiven (The) ("The Unforgiven", 1986) ;

Variations (Nador, 1969) — Violent Femmes ("Violent Femmes", 1983)  Violent Femmes ("Hallowed Ground", 1984) — Violent Femmes ("The Blind Leading The Naked", 1986) ; 

Waterboys (The) ("The Waterboys", 1983)Waterboys (The) ("A Pagan Place", 1984) — Waterboys (The) ("This Is The Sea", 1985) — Westerberg (Paul) (Eventually, 1996) — Wild Turkey — Workman (Hawksley) ("Treeful Of Starling", 2006) ;

X ("Los Angeles", 1980) ;

Zappa (Frank) part 1 Zappa (Frank) part 2 Zappa (Frank) part 3 Zappa (Frank) part 4 — Zappa (Frank) part 5 Zappa (Frank) part 6 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

VIETNAM "VIETNAM" (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO

03/03/2019

1/10
Please reload

Posts Récents