© 2019 Radio Perfecto | vie privée

JOE SATRIANI 80's PART 2 (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO

20/12/2018

Lien pour la première partie en bas de page

 

Tout ceci lui prend évidemment un temps tel qu’il décide, se rendant compte finalement que déjà deux ans sont passés depuis la sortie de Not This Earth, de foncer en studio avec John Cuniberti, toujours présent à l’appel. Quand il ressort, au mois de novembre, c’est avec Surfing With The Alien sous le bras, un album reflétant aussi bien sa personnalité que son incroyable verve.

 

L’album de la consécration, l’album de tous les records… Première différence de taille : l’ordre des parties à enregistrer a été légèrement inversé puisque la batterie a été apposée en dernier lieu, alors que normalement ce sont les parties de basse et de batterie qui sont mises en boîte avant toute chose. Il en résulte un feeling assez curieux et une sensation de jamais entendu assez indéfinissable.

 

Ouvert et on ne peut plus épanoui, le jeu de Joe explose dès les premiers instants du morceau-titre, allant ensuite crescendo pour ne plus redescendre, pas même lors de morceaux apparemment plus calmes, tel le magnifique « Always With Me, Always With You ». Les médias ne s’y trompent pas (une fois n’est pas coutume) et crient au génie, le public emboîtant le pas, faisant de Surfing With The Alien l’album instrumental le mieux classé et qui a eu le plus de succès depuis le Wired de Jeff Beck.

 

Classé plus de 52 semaines dans le Billboard, Surfing With The Alien se vendra finalement à plus d’un million d’album de par le monde et sera certifié disque de platine aux États-Unis. Que dire de plus sur cette monstrueuse démonstration que vous ne sachiez déjà ? Que Joe a été doublement nominé aux Awards pour son travail (meilleure performance musicale pop et meilleure performance musicale rock), qu’il est indispensable à toute compactothèque qui se respecte, ou que beaucoup le considèrent encore aujourd’hui comme le meilleur album instrumenta jamais enregistré ?…

 

L’image de Satriani change donc radicalement avec la sortie de ce second véritable album. Il n’est plus l’homme à suivre et parfois à avoir sur son disque à soi, mais carrément celui qui a redéfini le rôle de guitariste de rock’n’roll. Une grande tournée mondiale est alors mise en branle, avec une section rythmique de rêve : Stuart Hamm à la basse et Jonathan Mover à la batterie (plus tard avec Alice Cooper).

 

La France n’est pas épargnée et le 20 juillet 1988, après la prestation médiocre d’un groupuscule frenchie appelé Stream qui avait au moins le mérite et le courage d’oser ouvrir pour « Satch », une poignée de privilégiés, dont votre humble serviteur, purent assister à la claque de leur vie. Jamais l’Elysée Montmartre (qui passait à l’époque plus de combats de catch ou de pièces de théâtre que de concerts rock) n’avait sonné de cette façon, pas même telle que la salle a été réaménagée plus tard (avec la scène au fond à gauche et plus en face de l'escalier par lequel on arrive obligatoirement.

 

Jamais un trio n’avait été en pareille osmose, pas même à la grande époque d’Hendrix, trop raide pour assurer à fond ! Jamais, ô combien jamais, nos cages à miel n’avaient supporté un tel déluge six-cordiste sans s’enfuir pas l’issue la plus proche. Irréprochable, imparable et incroyable, voilà trois mots parmi tant d’autres capables de décrire ce qui se passa sur cette scène ce soir-là. Mention spéciale pour l’ahurissant solo de basse concocté par Stuart Hamm, qui réalisera plusieurs albums perso par la suite…

 

Le maestro s’embarque ensuite pour une tournée aux côtés de Mick Jagger, en Australie, en Nouvelle-Zélande et en Indonésie, pour laquelle il remplace Jeff Beck, responsable quant à lui de la première partie du Primitive Tour. Curieusement, il ne s’occupe d’aucuns des fameux accords ouverts chers à Keith Richards, laissés à un second homme de main (Jimmy Rip, inconnu au bataillon mais certainement connu dans son immeuble) mais joue tout le reste, soit quelques montagnes de notes et pas moins de 22 soli originaux.

 

Pendant ce temps-là paraît le maxi 4 titres Dreaming #11 qui reprend une nouvelle version de « The Crush Of Love », un titre jusque-là uniquement disponible sur un flexidisque offert par Guitar Player et trois morceaux live (« Ice 9 », « Memories » et « Hordes of Locusts ») qui prouvent que je n’amplifie pas les qualités intrinsèques mordantes au possible du trio Satch/Hamm/Mover.

 

Christophe Goffette

www.goofprod.com

 

 

LA SÉLECTION DU GOOF   :

  1. Joe Satriani « Surfing With The Alien » (Surfing With The Alien, 1987)

  2. Joe Satriani « Ice 9 » (Surfing With The Alien, 1987)

  3. Joe Satriani « Crushing Day » (Surfing With The Alien, 1987)

  4. Joe Satriani « Always With Me, Always With You » (Surfing With The Alien, 1987)

  5. Joe Satriani « Satch Boogie » (Surfing With The Alien, 1987)

  6. Joe Satriani « Hill Of The Skull » + « Circles » (Surfing With The Alien, 1987)

  7. Joe Satriani « Lords Of Karma » (Surfing With The Alien, 1987)

  8. Joe Satriani « Midnight » + « Echo » (Surfing With The Alien, 1987)

  9. Joe Satriani « The Forgotten (part 1) » + « The Forgotten (part 2) » (Flying In A Blue Dream, 1989)

  10. Joe Satriani « The Bells Of Lal (Part 1) » + « The Bells Of Lal (Part 2) » + « Into The Light » (Flying In A Blue Dream, 1989)

 

Déjà paru :

Alarm (The) (Declaration, 1984) Alice Cooper part 1 — Alice Cooper part 2 — Alice Cooper part 3 — Alice Cooper part 4 — Alice Cooper part 5 — Alice Cooper part 6Alice Cooper part 7 Alice Cooper part 8Alice Cooper part 9 Asherton (Johan) ;

Bad Company ("Bad Co", 1974) Balaam And The Angel BangBlackfire — Black Pearl — Blodwyn Pig — Blue Ash ("No More No Less", 1973) — Bohemian Rhapsody (biopic, rock et cinéma) — Buzzcocks ;

CactusCaptain Beyond — Cheap Trick ("Cheap Trick", 1977)  ;

Del Fuegos (The) — Del Lords (The)

El Khatib (Hanni)

Fat ("Fat", 1970) FFSFleetwood Mac (1/2) — Fleetwood Mac (2/2) ;

Ginhouse (Ginhouse, 1971) Gods (The) ;

Hawkins (Taylor) & The Coattail RidersHearts And Minds ("Hearts And Minds", 1990) Hoodoo Gurus ;

Kak (Kak, 1969) ;

Langhorne Slim "Be Set Free", 2009) Little Bob ("Lost Territories", 1993) London Cowboys ;

Marriott (Steve) (1/2)Marriott (Steve) (2/2) — Mathe (Patrick) — McFadden (Eric)Midnight Oil part 1Midnight Oil part 2 — Midnight Oil part 3 — Midnight Oil part 4  Moore (Gary) (Blues For Greeny, 1995) ; Mother Tongue ("Mother Tongue", 1994)

New York Dolls ("New York Dolls", 1973) ;

Peer Günt — Presidents Of The United States Of America (The) ;

Rainmakers (The) "Skin" (1996) — Rave-Ups (The) Reed (Lou) ;

Satriani (Joe) 80's part 1 — Sheriff (Les)Sixteen Horsepower — Smithereens (The) — Spedding (Chris) — Springsteen (Bruce) (The Ghost Of Tom Joad, 1995) ; — Sixteen Horsepower  

Taylor (Roger) (1/2)Taylor (Roger) (2/2)

Unforgiven (The) ("The Unforgiven", 1986) ;

Variations (Nador, 1969) ; 

Zappa (Frank) part 1 Zappa (Frank) part 2 Zappa (Frank) part 3 Zappa (Frank) part 4 — Zappa (Frank) part 5 Zappa (Frank) part 6 

 

À lire et écouter ces prochains jours :

Led Zeppelin (24-30/12), Wild Turkey (31/12), Midnight Oil part 5 (01/01)…Sam Gopal… 

 

À suivre (par ordre alphabétique, mais dans le désordre d'arrivée —et entre autres) ces prochaines semaines (et mois !!!) :

Adam & The Ants, The Angels (AUS), Art, Atomic Rooster…

Balaam and the Angel, Be-Bop Deluxe, Big Country, Blue Cheer, BoDeans, Brodie (Dan), Buffalo, Bull Angus…

The Cars, Cave (Nick), The Celibate Rifles, The Chameleons (UK), The Churchills, Concrete Blonde, The Cramps…

Dictators, Died Pretty, Dirty Ray, DMZ, Dramarama…

54.40, Fixed Up, Free, Freedom, Frijid Pink…

Georgia Satellites, Golden Smog, Grand Funk Railroad, Granicus, Grant-Lee Buffalo, The Greatest Show On Earth, Green On Red, Guadalcanal Diary, Gun (60's)…

Hanoi Rocks, Harvey (Alex), Hawkwind, Hell's Kitchen, Hiatt (John), High Tide, The Hitmen, Hooters, Husker Du…

Idle Race, Immaculate Fools…

The Jam, Jason & The Scorchers, Jellybread, Jeronimo, Jesus Volt, The J. Geils Band, The Johnnys, Josefus, Juicy Lucy… 

Kashmir (Danemark), Kid Pharaon…

Louie & The Lovers…

Masters Apprentices, McMurty (James), Modern Lovers, Mother Superior, The Move, Mungo Jerry, Music Machine…

Omar & The Howlers, The Only Ones…

Patto, Pink Fairies, The Primevals, Prince, The Proclaimers…

Quill…

The Rainmakers, Todd Rundgren…

Joe Satriani, Sharks, Shoulders, Silencers, Slade, Smack, Steamhammer, Stems, Stewart (Rod), Stray…

Television, Tempest, Ten Years After, Les Thugs, T.I.M.E, Titanic, Toe Fat, T2, Tucky Buzzard, TV Smith…

UFO…

The Wallflowers, Webb Wilder, Wire Train, Steve Wynn…

The Yayhoos, Young (Neil)…

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

VIETNAM "VIETNAM" (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO

03/03/2019

1/10
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives