© 2019 Radio Perfecto | vie privée

DAVID BOWIE "THE RISE AND FALL OF ZIGGY STARDUST AND THE SPIDERS FROM MARS" (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO)

17/11/2018

Certains parmi vous me connaissent d'avant-Radio Perfecto et me suivent pour la plupart depuis l'ère Crossroads, voire parfois depuis beaucoup plus de temps (Compact, Music Up, Best, n'en jetons plus !). Pour ce qui est de Crossroads, si vous l'avez lu, vous connaissez forcément nos hors-séries d'albums essentiels et peut-être le beau et gros livre qui en a découlé, mais n'a jamais été distribué dans le circuit classique de distribution —et est quasiment épuisé aujourd'hui.    

 

Bref, tout ceci pour dire que j'étais persuadé être l'auteur de la chronique de The Rise And Fall Of Ziggy Stardust And The Spiders From Mars, très largement mon David Bowie préféré. Or, quelle ne fut pas ma stupéfaction de découvrir qu'en réalité le texte était signé de mon émérite camarade de rock'n'rigoleries Gregg M d'une part, et d'autre part après lecture d'avouer que ce qu'il en avait écrit était parfaitement équilibré et calibré, même que le vil faquin que je suis va reprendre ci-après, in extenso et sans en toucher la moindre virgule, le texte en question. Big up à Gregg M donc !

 

En 1972, un prétendu extraterrestre débarque de nulle part et prédit la fin du monde cinq ans plus tard. Les cheveux rouges, les sourcils rasés, habillé étrangement, rock star jusqu’au bout des ongles, ce messager des étoiles à un nom : Ziggy Stardust. Alter ego jusqu’auboutiste de David Bowie, cet alien pas comme les autres est né du constat que le rock se doit d’être un théâtre où tout est possible. 

 

Croisement improbable entre Orange Mécanique et le théâtre Kabuki, le concept qui entoure Ziggy Stardust continue aujourd’hui encore de déchaîner les passions. Album concept regorgeant de perles rares, The Rise And Fall Of Ziggy Stardust And The Spiders From Mars est finalement moins intéressant en termes d’histoire que la somme de ses différentes parties. 

 

Onze chansons dont une reprise (« It Ain’t Easy », de Ron Davies), un peu moins de quarante minutes de musique, et c’est l’histoire du rock qui tangue et chavire. Tout comme l’esprit de Bowie, qui avouera par la suite que la frontière entre sa vie réelle et celle de son double était devenue si fine qu’il avait fini par la perdre de vue, ce qui le mènera à en finir avec Ziggy le 3 juillet 1973 à l’Hammersmith Odeon lors d’un concert devenu mythique. 

 

Mais revenons à la genèse. Si Vince Taylor, pseudo-Elvis ayant eu du succès en Europe dans les années soixante, devenu à moitié fou, a servi de modèle à l’élaboration du personnage, Ziggy Stardust est en fait un composite des icônes rock du moment tels Hendrix, Morrison ou Bolan. Et, bien évidemment, Bowie. 

 

Ce dernier, entouré des Spiders From Mars, transcende les genres : de l’hypnotique « Five Years » au chant du cygne ultime que représente « Rock’n’Roll Suicide » en passant par le brûlot « Moonage Daydream », l’album décline le rock sous toutes ses formes. De « Starman », premier extrait et premier succès, à « Ziggy Stardust », les titres phares se succèdent à un rythme effréné et des Sex Pistols, qui clament avoir détourné « Hang On To Yourself » pour créer « God Save The Queen », à U2, Queen ou Gary Numan qui ont été marqués par le personnage et la musique, c’est toute une génération qui bascule. 

 

Juste retour des choses pour Bowie, dont le jeu préféré reste l’assimilation d’une œuvre jusqu’à en créer une nouvelle, totalement personnelle. Ainsi « Starman » lui a été inspirée par « Over The Rainbow » de Judy Garland ; la célèbre exclamation « Wham bam thank you Ma’am » ponctuant « Suffragette City » renvoie à la chanson de Charlie Mingus du même nom ; quant à « Rock’n’Roll Suicide », elle n’existe que grâce à Baudelaire et Brel

 

Quel est le rapport avec les extraterrestres et la fin du monde, me direz-vous ? C’est là tout le charme de Bowie, capable de rendre cohérents et singuliers des concepts apparemment totalement opposés. Mais pour ceux que l’idée d’une rencontre du troisième type rebute, laissons le mot de la fin à Elton John : « Les paroles et l’histoire dans Ziggy Stardust ? À vrai dire, je n’y ai jamais fait attention, j’apprécie simplement la musique ».

 

Gregg M (pour le chouette texte) et Da Goof (pour la très laide et laborieuse introduction)

www.goofprod.com

 

 

 

LA SÉLECTION DU GOOF  :

  1. David Bowie « Ziggy Stardust » (The Rise And Fall Of Ziggy Stardust And The Spiders From Mars, 1972)

  2.  »(30th anniversary edition new mix, 2002)David Bowie « Moonage Daydream 

  3. David Bowie « Star » + « Hang On To Yourself » (The Rise And Fall Of Ziggy Stardust And The Spiders From Mars, 1972)

  4. David Bowie « Five Years » (The Rise And Fall Of Ziggy Stardust And The Spiders From Mars, 1972)

  5. David Bowie « Suffragette City » (The Rise And Fall Of Ziggy Stardust And The Spiders From Mars, 1972)

  6. « Velvet Goldmine »(single B Side, 1975 mais date des sessions de The Rise And Fall Of Ziggy Stardust And The Spiders From Mars, de novembre 1971)David Bowie « Amsterdam » (bonus track, 30th anniversary edition, 2002)  

  7. David Bowie « Lady Stardust » (démo, mars 1971) + « Ziggy Stardust » (démo, février 1971) 

  8. David Bowie « Starman » (The Rise And Fall Of Ziggy Stardust And The Spiders From Mars, 1972)

  9. David Bowie « Moonage Daydream » (The Rise And Fall Of Ziggy Stardust And The Spiders From Mars, 1972)

  10. David Bowie « Rock'n'Roll Suicide » (The Rise And Fall Of Ziggy Stardust And The Spiders From Mars, 1972)

 

Déjà paru :

BangBlackfire — Black Pearl — Blodwyn Pig — Blue Ash ("No More No Less", 1973) — Bohemian Rhapsody (biopic, rock et cinéma) ;

CactusCaptain Beyond — Cheap Trick ("Cheap Trick", 1977)  ;

Del Fuegos (The) — Del Lords (The)

Fleetwood Mac (1/2) — Fleetwood Mac (2/2) ;

Ginhouse (Ginhouse, 1971) Gods (The) ;

Hawkins (Taylor) & The Coattail Riders Hoodoo Gurus ;

Kak (Kak, 1969) ;

Little Bob ("Lost Territories", 1993) London Cowboys ;

Marriott (Steve) (1/2)Marriott (Steve) (2/2) — McFadden (Eric) — Moore (Gary) (Blues For Greeny, 1995) ; Mother Tongue ("Mother Tongue", 1994)

Peer Günt ;

Rave-Ups (The) Reed (Lou) ;

Sheriff (Les)Smithereens (The) — Spedding (Chris) ;

Taylor (Roger) (1/2)Taylor (Roger) (2/2)

Unforgiven (The) ("The Unforgiven", 1986) ;

Variations (Nador, 1969) 

 

À lire et écouter ces prochains jours :

"Hearts & Minds" de Hearts & Minds (18/11), Wild Turkey (19/11), FFS (Franz Ferdinand + Sparks) (20/11), …

 

À suivre (par ordre alphabétique, mais dans le désordre d'arrivée —et entre autres) ces prochaines semaines (et mois !!!) :

Adam & The Ants, The Angels (AUS), Art, Asherton (Johan), Atomic Rooster…

Balaam and the Angel, Be-Bop Deluxe, Big Country, Blue Cheer, BoDeans, Brodie (Dan), Buffalo, Bull Angus…

The Cars, Cave (Nick), The Celibate Rifles, The Chameleons (UK), The Churchills, Concrete Blonde, The Cramps…

Dictators, Died Pretty, Dirty Ray, DMZ, Dramarama…

54.40, Fixed Up, Free, Freedom, Frijid Pink…

Georgia Satellites, Golden Smog, Grand Funk Railroad, Granicus, Grant-Lee Buffalo, The Greatest Show On Earth, Green On Red, Guadalcanal Diary, Gun (60's)…

Hanoi Rocks, Harvey (Alex), Hawkwind, Hell's Kitchen, Hiatt (John), High Tide, The Hitmen, Hooters, Husker Du…

Idle Race, Immaculate Fools…

The Jam, Jason & The Scorchers, Jellybread, Jeronimo, Jesus Volt, The J. Geils Band, The Johnnys, Josefus, Juicy Lucy… 

Kashmir (Danemark), Kid Pharaon…

Louie & The Lovers…

Masters Apprentices, McMurty (James), Modern Lovers, Mother Superior, The Move, Mungo Jerry, Music Machine…

Omar & The Howlers, The Only Ones…

Patto, Pink Fairies, The Primevals, Prince, The Proclaimers…

Quill…

The Rainmakers, Todd Rundgren…

Sam Gopal, Joe Satriani, Sharks, Shoulders, Silencers, Slade, Smack, Steamhammer, Stems, Stray…

Television, Tempest, Ten Years After, Les Thugs, T.I.M.E, Titanic, Toe Fat, T2, Tucky Buzzard, TV Smith…

UFO…

The Wallflowers, Webb Wilder, Wire Train, World Party, Steve Wynn…

The Yayhoos, Young (Neil)…

Frank Zappa…

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

VIETNAM "VIETNAM" (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO

03/03/2019

1/10
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

RSS Feed