© 2019 Radio Perfecto | vie privée

Bertrand Cantat a le droit de chanter

15/03/2018

 

« Pour mettre fin aux polémiques », Bertrand Cantat a pris la décision d’annuler sa venue dans les festivals estivaux. A la grande tristesse de ses fans. D’aucuns se réjouissent et parlent de victoire. Mais depuis quand, en France, se réjouit-on d’une « victoire » qui est une défaite de la liberté ? Liberté d’expression, liberté de création artistique.

 

Bertrand Cantat continue sa tournée de concerts, mais se trouve face à une montée des protestations. Subit des annulations de certaines salles, quand les programmateurs cèdent à la pression. Et quand il se produit… Fans pris à partie, crachats sur le chanteur ou sur les spectateurs, insultes, violence… Tous ces gens bien intentionnés qui ont décidé d’interdire les concerts d’un mec  qu’ils critiquent pour sa violence le font donc savoir en étant… violents.

 

Alors avant que vous ne preniez votre élan pour m’insulter et m’accuser de « prendre la défense d’un assassin », d’être un « suppôt du patriarcat » et tous ces refrains répétés à l’envi, on va tout de suite poser les choses. Non, je ne demande pas de distinguer l’homme de l’artiste. Juste l’homme de l’homme. L ‘accusé du condamné. Et oui, je suis en désaccord total avec « Osez le féminisme » et les autres associations qui appellent à l’annulation des concerts de Bertrand Cantat. Ou qui lui demandent de s’arrêter.

 

Depuis quand le tribunal populaire se substitue-t-il à la justice ?

 

Je vous rappelle, à toutes fins utiles, que Bertrand Cantat a plaidé coupable pour la mort de Marie Trintignant, qu’il a été jugé, condamné et qu’il a effectué sa peine. Je lis ça et là de belles phrases, comme « Il n’a pas eu une peine normale ! »

Mais qu’appelez-vous une « peine normale », vous, les juristes des réseaux sociaux qui, en terme de connaissance du droit, ne connaissez que celui d’invectiver et de vomir votre haine, cachés sous un pseudonyme ? Je me dis qu’il y avait quand même un paquet de monde, dans cette chambre de Vilnius et dans ce tribunal !

 

Personne ne renie le droit à la peine indicible des parents, des enfants et et des proches de Marie Trintignant. Mais on s’émeut peu de celle que doivent également connaître ceux de Bertrand Cantat. Et Bertrand lui-même.

 

Il a été jugé. Condamné. A effectué sa peine. A bénéficié des mêmes remises de peine que tout un chacun. Aucun traitement de faveur.

 

« Oui, mais en l’honneur de Marie, on se doit de demander l’interdiction de ses tournées ». Mais vous demandez cela en l’honneur de rien du tout ! Marie Trintignant a été érigée en symbole des violences faites aux femmes parce qu'elle était célèbre. Et Bertrand Cantat l’est aussi. Mais vous indignez-vous autant quand un quidam bat sa femme jusqu’à la mort ? Est-ce que vous lui interdisez de reprendre son boulot ? Est-ce qu’une fois jugé – s’il l’est -, une fois condamné – s’il l’est -, une fois sa peine effectuée – s’il l’effectue -, vous lui interdisez de reprendre sa vie ? Il vous faudrait donc une double peine pour vous satisfaire ?

C’est d’une hypocrisie totale !

 

La vérité, c’est que la famille et les amis de Marie sont tous connus  et qu’ils s’expriment dans les médias. Qu'ils nous touchent tous de près ou de loin.

La vérité, c’est que ce qui serait simplement classé dans les faits divers de nos journaux et qui ne vous ferait pas lever un sourcil déchaîne les passions parce qu’il s’agit de personnes célèbres. Et que les vautours s'en repaissent avec une avidité morbide.

La vérité, c’est qu’une fois sa peine effectuée, un condamné a payé sa dette à la société.

Ne confondons pas justice et morale.

 

Même l’observatoire de la liberté de création s’insurge contre le traitement qui est réservé à Bertrand Cantat.

 

Vous ne lui pardonnez pas son geste ?

Vous ne l’aimez pas ?

Vous voulez montrer votre colère ?

Alors n’allez pas à ses concerts.

N’achetez pas ses disques.

Mais arrêtez de faire des raccourcis : ce n’est pas parce que le public l’applaudit qu’il applaudit ce qu’il a fait.

Qui êtes-vous, vous, connus ou anonymes, pour tenter de faire justice vous-mêmes ? Quelle est votre légitimité ? Vous n’en avez aucune.

 

La liberté d’expression et la liberté de création restent des droits inaliénables en France. Bertrand Cantat a le droit de chanter. Les gens ont le droit de l’écouter, d’aimer sa musique, de l'aimer lui, d’assister à ses concerts. Et pas plus qu'il n'avait le droit de frapper Marie, ses détracteurs n’ont le droit de le frapper. Ni lui, ni ses fans.

 

Bertrand Cantat est un grand artiste. Talentueux. Il a écrit une page du rock français avec Noir Désir et continue sur cette voie. Personne ne peut lui contester cela. Personne n’a le droit de lui imposer d’arrêter de chanter. Personne n’a le droit de l’enfermer dans le mutisme.

 

Il a pris huit ans, il n’a pas pris perpet’.

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

VIETNAM "VIETNAM" (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO

03/03/2019

1/10
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

RSS Feed