© 2019 Radio Perfecto | vie privée

GREEN ON RED "HERE COME THE SNAKES" (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO

22/02/2019

C’est l’histoire classique d'un gâchis branché sur 220. La sempiternelle histoire de surdoués que la dope et la bibine auront sans doute sublimé d’une part, les désinhibant plus l’infini (c’est mon point de vue après avoir rencontré plusieurs fois les zozos), mais également écarté d’un succès autre que d’estime.

 

Tout ça à cause d’une multitude de changements de line-ups ou de labels à gogo (au moment d'enregistrer Here Come The Snakes, ils venaient d’être viré de Mercury !), d’interviews ne dépassant jamais vraiment le niveau de la blague de comptoir de seconde division (là aussi, j’ai donné, merci), et des hauts et des bas à la fois sur scène et en studio. 

 

Mais les hauts ont pu aller vraiment très haut et Here Come The Snakes est sans doute la marche de la pyramide la plus proche des étoiles (ou du soleil, c'est selon), l’énergie du groupe ayant été particulièrement bien canalisée par le producteur Jim Dickinson, dont on connaît la poigne et la faculté de travailler avec les plus irascibles. 

 

Enfin groupe, façon de parler, car, comme en témoigne les photos de presse d’époque, il s’agit là surtout de la paire Chuck Prophet (guitariste émérite qui a tout changé en débarquant à partir de Gas Fod Lodging en 85, sortant le groupe de son ornière « desert rock » première génération) Dan Stuart (gouaille éternelle, réécouter les premier album en duo avec Steve Wynn, sous le nom de Danny & Dusty, également en 85), qui d’ailleurs ont composé seuls la totalité des titres, moins la reprise de « We Had It All » placée en queue de peloton. 

 

Le premier rivalise avec le meilleur Keith Richards, tandis que le second se laisse incarner par ses chansons comme si sa vie en dépendait (ici, il ne chante pas « Rock'n'Roll Disease » pour rien). Elle devait d’ailleurs en dépendre, d’une certaine manière, à le voir sur scène parfois, tel un radeau chahuté par les courants toujours contraires. 

 

Pour ceux qui aimeraient poursuivre plus avant l’exploration forcément colorée de ce groupe teinte sur teinte, conseillons Gas Food Lodging, malgré une production un peu juvénile ; The Killer Inside Me, rare moment où le groupe fût groupe ; les très bonnes BBC Sessions publiées en 97 ; ainsi que This Time Around, photocopie à peine plus pâle de ce Here Come The Snakes. Ainsi qu’une bonne moitié de la quinzaine d’albums solo publiés par Chuck Prophet, à partir de 1990.

 

Christophe Goffette

www.goofprod.com

 

 

LA SÉLECTION DU GOOF   :

  1. Green On Red « Keith Can't Read »  (Here Come The Snakes, 1988)

  2. Green On Red « Rock N Roll Disease »  (Here Come The Snakes, 1988)

  3. Green On Red « Morning Blue »  (Here Come The Snakes, 1988)

  4. Green On Red « Zombie For Love »  (Here Come The Snakes, 1988)

  5. Green On Red « Broken Radio »  (Here Come The Snakes, 1988)

  6. Green On Red « Change »  (Here Come The Snakes, 1988)

  7. Green On Red « Tenderloin » (Here Come The Snakes, 1988)

  8. Green On Red «Way Back Home »  (Here Come The Snakes, 1988)

  9. Green On Red « We Had It All »  (Here Come The Snakes, 1988)

  10. Green On Red « D.T. Blues »  (Here Come The Snakes, 1988)

 

Déjà paru :

Alarm (The) (Declaration, 1984) Alice Cooper part 1 — Alice Cooper part 2 — Alice Cooper part 3 — Alice Cooper part 4 — Alice Cooper part 5 — Alice Cooper part 6Alice Cooper part 7 Alice Cooper part 8Alice Cooper part 9Armageddon ("Armageddon", 1975) Asherton (Johan) ;

Bad Company ("Bad Co", 1974) Balaam And The Angel BangBig Country ("The Crossing", 1983) — Blackfire — Black Pearl — Blodwyn Pig — Blue Ash ("No More No Less", 1973) — Bohemian Rhapsody (biopic, rock et cinéma) — Butler (John) Trio ("Sunrise Over Sea", 2004) — Buzzcocks ;

CactusCaptain BeyondCars (The) ("The Cars", 1978)Cars (The) ("Panorama", 1980) — Chameleons (The) — Cheap Trick ("Cheap Trick", 1977) — Church (The) ("The Blurred Crusade", 1982) — Churchills (The) ("Churchill's", 1968) — Churls (The) — Cousins (Dave) ("Two Weeks Last Summer", 1972) — Cowboy Nation ;

Del Fuegos (The) — Del Lords (The) — Dramarama ("Cinéma Vérité", 1985) — Dream Syndicate (The) ("The Days Of Wine And Roses", 1982) — Dubrovniks (The) — Dust

El Khatib (Hanni)

Fat ("Fat", 1970) FFSFleetwood Mac (1/2) — Fleetwood Mac (2/2) ;

Ginhouse (Ginhouse, 1971) Gods (The) — Grant Lee Buffalo ("Fuzzy", 1993) — Greatest Show On Earth (The) ;

Hawkins (Taylor) & The Coattail RidersHearts And Minds ("Hearts And Minds", 1990) — Hendrix (Jimi) ("Voodoo Soup", 1995, part One)Hendrix (Jimi) ("Voodoo Soup", 1995, part Two) — Hold Steady (The) ("Boys And Girls In America", 2006) — Hoodoo Gurus ;

Jo Jo Gunne ;

Kak (Kak, 1969) — Kings Of Leon ("Youth & Young Manhood", 2003) ;

Langhorne Slim "Be Set Free", 2009)Last Barons — Led Zeppelin Part 1Led Zeppelin Part 2 — Led Zeppelin Part 3  Little Bob ("Lost Territories", 1993) London Cowboys — Lords Of The New Church (The) ("The Lords Of The New Church, 1982) — Lyres ;

Malin (Jesse)  — Marriott (Steve) (1/2)Marriott (Steve) (2/2) — Mathe (Patrick) — McFadden (Eric)Midnight Oil part 1Midnight Oil part 2 — Midnight Oil part 3 — Midnight Oil part 4Modern Lovers (The) ("The Modern Lovers", 1976) — Moore (Gary) (Blues For Greeny, 1995) ; Mother Tongue ("Mother Tongue", 1994) — Mumford And Sons ("Sigh No More", 2009) — Murphy (Elliott) ("Selling The Gold", 1995)

New York Dolls ("New York Dolls", 1973) ;

101'ers (The) — O'Neill (Jimme) ("Real", 2008)

Patto ("Patto", 1970) — Peer Günt — Petty (Tom) ("The Last DJ", 2006)Pink Fairies — Presidents Of The United States Of America (The) — Primevals (The) ("Sound Hole", 1986) ;

Quill ("Quill", 1970)

Rainmakers (The) "Skin" (1996)Ramones ("Mondo Bizarro") — Rave-Ups (The) Reed (Lou) — Replacements (The) ("Let It Be", 1984) — Ronson (Mick) — Russell (Calvin) ("Sounds From The Fourth World", 1991) ;

Sam Gopal ("Escalator", 1969)Satriani (Joe) 80's part 1 Satriani (Joe) 80's part 2Satriani (Joe) 80's part 3 — Scott (Mike) ("Bring 'Em All In", 1995)Senseless Things — Sheriff (Les)Sixteen Horsepower — Smithereens (The)Soul Aylum ("Let Your Dim Light Shine", 1995) — Spedding (Chris) — Springsteen (Bruce) (The Ghost Of Tom Joad, 1995) ; 

Taylor (Roger) (1/2)Taylor (Roger) (2/2) — The The ("Soul Mining", 1983) Tolman (Russ)

Uncle Tupelo ("No Depression", 1990) Unforgiven (The) ("The Unforgiven", 1986) ;

Variations (Nador, 1969) — Violent Femmes ("Violent Femmes", 1983)  Violent Femmes ("Hallowed Ground", 1984) — Violent Femmes ("The Blind Leading The Naked", 1986) ; 

Waterboys (The) ("The Waterboys", 1983)Waterboys (The) ("A Pagan Place", 1984) — Waterboys (The) ("This Is The Sea", 1985) — Westerberg (Paul) (Eventually, 1996) — Wild Turkey — Workman (Hawksley) ("Treeful Of Starling", 2006) ;

X ("Los Angeles", 1980) ;

Zappa (Frank) part 1 Zappa (Frank) part 2 Zappa (Frank) part 3 Zappa (Frank) part 4 — Zappa (Frank) part 5 Zappa (Frank) part 6 

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

VIETNAM "VIETNAM" (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO

03/03/2019

1/10
Please reload

Posts Récents