© 2019 Radio Perfecto | vie privée

MICK RONSON (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO

15/02/2019

Bien sûr, Mick Ronson est indissociable des années glam de David Bowie de manière générale, et des Spiders From Mars, dont il était le pilier central, en particulier, mais il a aussi collaboré avec Ian Hunter, Bob Dylan, Lou Reed ou encore Elton John —et même sorti quelques albums solo inégaux mais qui n'en méritent pas moins une écoute appliquée.

 

Mick Ronson est né juste après la guerre (en mai 46) à Kingston upon Hull, une ville portuaire de plus de 250.000 habitants de la côte Est du Yorkshire, plus communément appelée Hull, du nom du fleuve qui la traverse pour se jeter dans la Mer du Nord.

 

Dès son plus jeune âge, il apprend la musique classique, de même que ses frère et sœur, Maggi et David, plus jeunes que lui. Cette pratique est régulière et assez stricte (ses parents ne rigolent visiblement pas avec l'entraînement musical) et il multiplie les instruments, d'abord le piano, le violon et la flûte, puis l'harmonium (encore appelé mélodéon, orgue à pompe ou orgue à anches), un instrument particulièrement technique.

 

Après de longues années d'apprentissage de ces différents instruments, on lui demande de se concentrer sur un seul et de le travailler avec encore plus de persévérance. Il pense alors devenir violoncelliste, mais finalement opte pour la guitare, après avoir découvert Duane Eddy qui, outre le fait qu'il représente le peu de rébellion nécessaire à Mick pour s'affranchir un peu du fardeau parental, avait ce son de guitare si particulier au niveau des notes basses, qui ressemblait peu ou prou à un violoncelle.

 

Qui dit guitare dit premier groupe, The Mariners (nous sommes fin 63, Mick a 17 ans), bientôt suivi d'un second, The Crestas, qui lui permet de jouer régulièrement sur scène, dans différents pubs locaux. Il y gagne une misère, mais aussi beaucoup en assurance et expérience, deux vertus particulièrement utiles pour l'adolescent timide qu'il était alors. 

 

En 1965, Ronson décide de partir chercher du travail à Londres et laisse donc The Crestas en plan (The Mariners n'a pas survécu à l'année précédente). Il travaille à mi-temps comme mécanicien et commence à apparaitre sur scène avec un groupe appelé The Voice, dans lequel le rejoint bientôt Dave Bradfield, le batteur des Crestas.

 

Bradfield et Ronson repassent par la case Hull, et découvrent que leurs anciens acolytes ont revendu tout leur matos et laissé un petit mot annonçant qu'avec l'argent récolté ils avaient décollé pour… les Bahamas !

 

S'en est suivi un nouveau aller-retour Hull-Londres-Hull pour le guitariste qui, dans la capitale participe à The Wanted, un groupe soul, avant de rejoindre The Rats, une formation autrement plus rock née peu avant dans la ville qui l'a vu grandir. The Rats enregistre un titre un peu psyché, tente de percer à Londres et même Paris, en vain, change de nom (Treacle), retourne en studio mais en ressort bredouille, reprend son nom d'origine (!)…

 

Mick Ronson, las de toutes ces galères de débutants, saute sur l'occasion d'enregistrer les parties de guitare de l'album Fully Qualified Survivor de Michael Chapman, un ancien jazzman reconverti dans le folk rock. Chapman habitait Hull au moment de l'enregistrement de cet album (et des deux suivants), c'est le bassiste Rick Kemp (Steeleye Span) qui lui a recommandé de s'intéresser au cas de Ronson. 

 

Nous sommes en 1970 et les choses sérieuses ne font que commencer. Ronson enregistre un titre (une première version de "Madman Across The Water") pour l'album d'Elton John Tumbleweed Connection, version qui ne sera délivré du fond de tiroir où elle croupissait que bien plus tard, pour la compilation Rare Masters de 1995 (puis la réédition Deluxe de l'album, en 2008).

 

Début 1970 toujours, l'ex-Rats John Cambridge arpente les rues de Hull, à la recherche de son ancien compère, pour le compte de David Bowie, qui cherche à recruter un nouveau backing band, appelé d'abord Harry The Butcher (!), puis David's Bowie Imagination (!!) et enfin The Hype

 

Le plus incroyable, c'est que cela ne faillit jamais se produire ! En effet, Cambridge découvre Ronson en train de s'occuper du balisage à la craie d'un terrain de rugby, l'une de ses tâches en tant que jardinier pour le service paysager de Hull et quand il lui propose de l'accompagner à Londres pour un rendez-vous avec David Bowie, il est d'abord réticent, encore sous le coup de ses nombreuses désillusions passées, mais finalement accepte de faire le déplacement, histoire de renifler ce chanteur dont tout le monde parle ces temps-ci… Deux jours plus tard, Mick Ronson tient la guitare aux côtés de Bowie, pour l'enregistrement à la BBC de l'émission Radio 1 de John Peel !

 

La suite, on la connait (un peu mieux). Les premiers concerts de The Hype habillés en super héros (et avec Tony Visconti à la basse !) et puis, à peine un mois plus tard, les sessions d'enregistrement mythiques du tout aussi mythique The Man Who Sold The World

 

Ronson sera le bras armé (d'une guitare) de Bowie sur les quatre albums suivants, tous des classiques : Hunky Dory, The Rise And Fall Of Ziggy Stardust And The Spiders From Mars, Aladdin Sane et Pin-Ups, tous parus entre 1971 et 1973. En 72, on le retrouve aussi sur l'exceptionnel Transformer de Lou Reed en tant que producteur arrangeur guitariste pianiste et preneur de son ! Et la même année dans Mott The Hoople pour All The Young Dudes, album charnière du groupe (leur meilleur ?). Tous se retrouvent d'ailleurs de manière indirecte sur l'album de Mott The Hoople, qui s'ouvre par une incandescente reprise de "Sweet Jane", un titre de Lou Reed composé pour l'album Loaded du Velvet, et se poursuit un peu plus tard par la chanson-titre, une composition de Bowie. 

 

Mick Ronson est plutôt fidèle et démarre aussi avec ce disque une longue collaboration avec Ian Hunter, puisqu'il est présent sur son premier album solo (en 75) puis les trois albums parus entre 79 et 81, dont le live Welcome To The Club. Il le retrouvera en 1990 avec le très bon YUI Orta, très hard rock US d'inspiration et sorti sous leurs deux noms. 

 

Au milieu des années 70, il participe également à l'album Hard Rain de Dylan (en 76), mais surtout il sort ses deux premiers albums solo, Slaughter On 10th Avenue (74) et Play Don't Worry (75).

 

Mick Ronson est un exceptionnel arrangeur, un fabuleux instrumentiste, un compositeur inspiré, mais malheureusement un bien piètre chanteur. Ainsi, même lorsqu'il enregistre un inédit que Bowie lui offre ("Growing Up And I'm Fine"), il y manque quand même en fil d'ariane une voix à la hauteur de l'instrumentation. 

 

Musicalement, ces disques, bien que de moindre intérêt, sont tout à fait comparables à ceux que produisaient Bowie ou Mott the Hoople à l'époque, en ce sens qu'ils naviguaient avec tout de même assez de bonheur entre glam rock, classic rock et un soupçon d'art rock un rien cérébral. À noter sur Slaughter On 10th Avenue la présence derrière les futs du monumental Aynsley Dunbar

 

Play Don't Worry est un cran en-dessous de son prédécesseur et d'ailleurs se vend bien moins (Slaughter… était quand même monté jusqu'à la neuvième place des charts UK !), mais une nouvelle reprise du Velvet Underground ("White Light/White Heat") et deux ou trois autres moments tirent leur médiator du jeu. 

 

Les ventes par contre sont vraiment décevantes et RCA refusera de sortir ce qui devait être un troisième album solo, Just Like This, enregistré en 76 et disponible bien plus tard, en 1999, de manière posthume donc.

 

Car Mick Ronson meurt le 29 avril 1993, à l'âge de seulement 46 ans, d'un cancer hépatique, son foie n'en pouvant plus de ses excès d'alcool. Son dernier album studio, Heaven & Hull, est donc aussi posthume, puisqu'il parait en 1994.

 

Un album particulièrement réussi, même si un peu fourre-tout, car notre homme avait eu la bonne idée de se concentrer sur les parties de guitare (ainsi que la production), laissant la majorité des pistes vocales à des gens comme Joe Elliott (Def Leppard) pour une reprise du bluesman Colin Eric Allen ; David Bowie bien sûr, pour une autre réappropriation très réussie, celle du "Like A Rolling Stone" de Bob Dylan , mais aussi John Mellencamp, Chrissie Hynde (The Pretenders) et même Joe Elliott à nouveau, en duo avec Ian Hunter, pour une cover du génial "Tale A Long Line" des Australiens de The Angels !

 

L'album se termine par un extrait du dernier concert auquel ait participé Ronson, et pas n'importe quel concert (le fameux Freddy Mercury London Tribute), ni n'importe quel morceau ("All The Young Dudes", what else ?), ni avec n'importe qui puisque le titre est chanté par Ian Hunter accompagné de David Bowie, Phil Collen et Joe Elliott aux chœurs, et avec May/Deacon/Taylor aux guitare/basse/batterie et Bowie, encore lui, au saxophone alto !

 

 

Christophe Goffette

www.goofprod.com

 

 

LA SÉLECTION DU GOOF   :

  1. Mick Ronson « White Light/White Heat » (Play Don't Worry, 1975)

  2. Ian Hunter & Mick Ronson « American Music » (YUI Orta, 1990)

  3. Mick Ronson « Trouble With Me » (Heaven & Hull, 1994)

  4. Mick Ronson « Like A Rolling Stone » (Heaven & Hull, 1994)

  5. Mick Ronson « Growing Up And I'm Fine » (Slaughter On Tenth Avenue, 1974)

  6. Mick Ronson « Stone Love (Soul Love) » (outtake) (Play Don't Worry, 1975)

  7. Mick Ronson « Life On Mars » (outtake) (Play Don't Worry, 1975)

  8. Ian Hunter & Mick Ronson « Womans Intuition » (YUI Orta, 1990)

  9. Mick Ronson « Pleasure Man/Hey Ma Get Papa » (Slaughter On Tenth Avenue, 1974)

  10. Mick Ronson « All The Young Dudes [Live] » (Heaven & Hull, 1994)

 

 

Déjà paru :

Alarm (The) (Declaration, 1984) Alice Cooper part 1 — Alice Cooper part 2 — Alice Cooper part 3 — Alice Cooper part 4 — Alice Cooper part 5 — Alice Cooper part 6Alice Cooper part 7 Alice Cooper part 8Alice Cooper part 9Armageddon ("Armageddon", 1975) Asherton (Johan) ;

Bad Company ("Bad Co", 1974) Balaam And The Angel BangBig Country ("The Crossing", 1983) — Blackfire — Black Pearl — Blodwyn Pig — Blue Ash ("No More No Less", 1973) — Bohemian Rhapsody (biopic, rock et cinéma) — Butler (John) Trio ("Sunrise Over Sea", 2004) — Buzzcocks ;

CactusCaptain BeyondCars (The) ("The Cars", 1978)Cars (The) ("Panorama", 1980) — Chameleons (The) — Cheap Trick ("Cheap Trick", 1977) — Church (The) ("The Blurred Crusade", 1982) — Churls (The) — Cousins (Dave) ("Two Weeks Last Summer", 1972) — Cowboy Nation ;

Del Fuegos (The) — Del Lords (The) — Dubrovniks (The) — Dust

El Khatib (Hanni)

Fat ("Fat", 1970) FFSFleetwood Mac (1/2) — Fleetwood Mac (2/2) ;

Ginhouse (Ginhouse, 1971) Gods (The) — Grant Lee Buffalo ("Fuzzy", 1993) — Greatest Show On Earth (The) ;

Hawkins (Taylor) & The Coattail RidersHearts And Minds ("Hearts And Minds", 1990) — Hendrix (Jimi) ("Voodoo Soup", 1995, part One)Hendrix (Jimi) ("Voodoo Soup", 1995, part Two) — Hold Steady (The) ("Boys And Girls In America", 2006) — Hoodoo Gurus ;

Jo Jo Gunne ;

Kak (Kak, 1969) — Kings Of Leon ("Youth & Young Manhood", 2003) ;

Langhorne Slim "Be Set Free", 2009)Last Barons — Led Zeppelin Part 1Led Zeppelin Part 2 — Led Zeppelin Part 3  Little Bob ("Lost Territories", 1993) London Cowboys — Lords Of The New Church (The) ("The Lords Of The New Church, 1982) — Lyres ;

Malin (Jesse)  — Marriott (Steve) (1/2)Marriott (Steve) (2/2) — Mathe (Patrick) — McFadden (Eric)Midnight Oil part 1Midnight Oil part 2 — Midnight Oil part 3 — Midnight Oil part 4  Moore (Gary) (Blues For Greeny, 1995) ; Mother Tongue ("Mother Tongue", 1994) — Mumford And Sons ("Sigh No More", 2009) — Murphy (Elliott) ("Selling The Gold", 1995)

New York Dolls ("New York Dolls", 1973) ;

101'ers (The) — O'Neill (Jimme) ("Real", 2008)

Patto ("Patto", 1970) — Peer Günt — Petty (Tom) ("The Last DJ", 2006)Pink Fairies — Presidents Of The United States Of America (The) ;

Quill ("Quill", 1970)

Rainmakers (The) "Skin" (1996)Ramones ("Mondo Bizarro") — Rave-Ups (The) Reed (Lou) — Replacements (The) ("Let It Be", 1984) ;

Sam Gopal ("Escalator", 1969)Satriani (Joe) 80's part 1 Satriani (Joe) 80's part 2Satriani (Joe) 80's part 3 — Scott (Mike) ("Bring 'Em All In", 1995)Senseless Things — Sheriff (Les)Sixteen Horsepower — Smithereens (The)Soul Aylum ("Let Your Dim Light Shine", 1995) — Spedding (Chris) — Springsteen (Bruce) (The Ghost Of Tom Joad, 1995) ; 

Taylor (Roger) (1/2)Taylor (Roger) (2/2) — The The ("Soul Mining", 1983) Tolman (Russ)

Uncle Tupelo ("No Depression", 1990) Unforgiven (The) ("The Unforgiven", 1986) ;

Variations (Nador, 1969) — Violent Femmes ("Violent Femmes", 1983)  Violent Femmes ("Hallowed Ground", 1984) — Violent Femmes ("The Blind Leading The Naked", 1986) ; 

Waterboys (The) ("The Waterboys", 1983)Waterboys (The) ("A Pagan Place", 1984) — Waterboys (The) ("This Is The Sea", 1985) — Westerberg (Paul) (Eventually, 1996) — Wild Turkey — Workman (Hawksley) ("Treeful Of Starling", 2006) ;

X ("Los Angeles", 1980) ;

Zappa (Frank) part 1 Zappa (Frank) part 2 Zappa (Frank) part 3 Zappa (Frank) part 4 — Zappa (Frank) part 5 Zappa (Frank) part 6 

 

À lire et écouter ces prochains jours :

Surprises !…

 

À suivre (par ordre alphabétique, mais dans le désordre d'arrivée —et entre autres) ces prochaines semaines (et mois !!!) :

Adam & The Ants, The Angels (AUS), Art, Atomic Rooster…

Be-Bop Deluxe, Big Country, Blue Cheer, BoDeans, Brodie (Dan), Buffalo, Bull Angus…

The Cars, Cave (Nick), The Celibate Rifles, The Churchills, Concrete Blonde, The Cramps…

Dictators, Died Pretty, Dirty Ray, DMZ, Dramarama…

54.40, Fixed Up, Free, Freedom, Frijid Pink…

Georgia Satellites, Golden Smog, Grand Funk Railroad, Granicus, Grant-Lee Buffalo, Green On Red, Guadalcanal Diary, Gun (60's)…

Hanoi Rocks, Harvey (Alex), Hawkwind, Hell's Kitchen, Hiatt (John), High Tide, The Hitmen, Hooters, Husker Du…

Idle Race, Immaculate Fools…

The Jam, Jason & The Scorchers, Jellybread, Jeronimo, Jesus Volt, The J. Geils Band, The Johnnys, Josefus, Juicy Lucy… 

Kashmir (Danemark), Kid Pharaon…

Louie & The Lovers…

Masters Apprentices, McMurty (James), Modern Lovers, Mother Superior, The Move, Mungo Jerry, Music Machine…

Omar & The Howlers, The Only Ones…

The Primevals, Prince, The Proclaimers…

The Rainmakers, Todd Rundgren…

Sharks, Shoulders, Silencers, Slade, Smack, Steamhammer, Stems, Stewart (Rod), Stray…

Television, Tempest, Ten Years After, Les Thugs, T.I.M.E, Titanic, Toe Fat, T2, Tucky Buzzard, TV Smith…

UFO…

The Wallflowers, Webb Wilder, Wire Train, Steve Wynn…

The Yayhoos, Young (Neil)…

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

VIETNAM "VIETNAM" (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO

03/03/2019

1/10
Please reload

Posts Récents