© 2019 Radio Perfecto | vie privée

THE THE "SOUL MINING" (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO

30/01/2019

Même si The The hébergea de nombreux musiciens talentueux (dont Johnny Marr, quelque temps après le split des Smiths et même Sinéad O’Connor qui participa à la majeure partie du « Mind Bomb Tour » en 89/90), le groupe (toujours actif, mais de façon sporadique) est avant tout la mise en abîme et en sons d’un seul homme, Matt Johnson.

 

Le travail de Matt Johnson a d’ailleurs été toujours plus global que musical, puisqu’il se considère lui-même comme un artiste multimédia (allez donc faire un tour sur le site www.thethe.com et son « radio cinéola » !) et qu’il a toujours élaboré ses vidéos comme des extensions de son travail de musicien en studio, comme le témoignera un peu plus tard le film Infected, première véritable vidéo de la durée d’un album pour laquelle d’ailleurs il récoltera de nombreux prix internationaux. 

 

De fait, la musique du The The originel, celui des premiers épanchements, des premiers concerts avec bandes rythmiques (basse et batterie ou boites à rythmes) pré-enregistrées, celui des bidouillages à l’excès, des samples tout sauf anodins (surtout sur l’album pré-The The, paru sous son propre nom, et très « worldorientalisant » à certains moments) proposait des atmosphères noires et synthétiques, annonciatrices de l’industriel, mais encore ancrées dans le post-punk artisanal, cousu main, avec des ambiances parfois hypnotisantes dans leur répétitivité excessive (en particulier sur scène). 

 

Les textes, pas encore aussi politisés qu’ils le deviendront rapidement (cf. « Heartland », sur l’album suivant, dans lequel il met en exergue l’américanisation en devenir du Royaume-Uni) sont d’acerbes observations sur l’incommunicabilité, cette nazerie ambiante qui devenait déjà le terreau de notre humanité, avec parfois quelque ambiguïté lorsqu’il s’agissait d’évoquer certains comportements, notamment sexuels. 

 

Matt Johnson est à la fois stakhanoviste et perfectionniste. Il ne lâche ses chansons que contraint et forcé, détruit régulièrement certaines bandes ou refusent qu’elles soient publiées ; il est amusant de voir d’ailleurs que dans la discographie « officielle » du groupe figurent un certains nombres d’albums qui n’ont jamais vu et ne verront sans doute jamais le jour. Mais ils existent, ont de l’importance dans l’esprit parfois confus du compositeur et méritent donc ce droit de cité. 

 

La plupart des singles (c’est le cas ici, notamment avec le sublime « This Is The Day » ; et ça le sera encore plus avec les différents extraits de l’album suivant, Infected) existent en de nombreuses versions et même le plus acharné des collectionneurs complétistes peut rapidement y perdre son sang-froid. 

 

Epic, le label du groupe du début des années 80 à la fin de la décennie suivante, s’est lui-même régulièrement mélangé les pinceaux et par exemple ce ne sont pas les mêmes versions des quatre singles d’Infected qui figurent sur support CD par rapport au vinyl (!!).

 

Matt Johnson se fait rare depuis l’excellent album NakedSelf de 2000 (et le superbe recueil de photos de l’édition originale, référant direct à l’univers particulièrement sombre de ce disque-là), partageant son temps entre New York et la Suède, annonçant à qui veut l’entendre qu’un album se prépare, précisant même de temps à autre, ici un titre, là une date de sortie, mais… jamais rien de neuf sous la lune, en dehors de musiques de films atmosphériques et noires, très différentes de son travail de composition habituel. 

 

Il est toutefois revenu lui-même sur ce premier album, avec d'une part la confection d'un très beau et particulièrement complet coffret Deluxe trentième anniversaire affublé par ailleurs d'une remasterisation exceptionnelle (comme si la production originelle du disque, déjà très bonne, le méritait !)… puis courant 2018 un "Comeback Special Tour", tout d'abord au Royaume-Uni, puis aux États-Unis et enfin en Australie. 

 

Pour rester sur l’image et l’imagerie du groupe, signalons que c’est son frère Andrew, lui-même régulièrement controversé, qui signe la quasi-totalité des dessins de pochettes (dont celle-ci), tout du moins pendant la période la plus prolifique du groupe, en gros de 1983 à 1992.

 

Christophe Goffette

www.goofprod.com

 

LA SÉLECTION DU GOOF   :

  1. The The « Uncertain Smile » (single, 1982)

  2. The The « Perfect » (single, 1983)

  3. The The « I’ve Been Waitin’ For Tomorrow (All Of My Life) » (Soul Mining, 1983)

  4. The The « This Is The Day » (Soul Mining, 1983)

  5. The The « The Sinking Feeling » (Soul Mining, 1983)

  6. The The « Uncertain Smile » (Soul Mining, 1983)

  7. The The « The Twilight Hour » (Soul Mining, 1983)

  8. The The « Soul Mining » (Soul Mining, 1983)

  9. The The « Giant » (Soul Mining, 1983)

  10. The The « This Is The Day » (Disinfected Version) (1983)

 

Déjà paru :

Alarm (The) (Declaration, 1984) Alice Cooper part 1 — Alice Cooper part 2 — Alice Cooper part 3 — Alice Cooper part 4 — Alice Cooper part 5 — Alice Cooper part 6Alice Cooper part 7 Alice Cooper part 8Alice Cooper part 9Armageddon ("Armageddon", 1975) Asherton (Johan) ;

Bad Company ("Bad Co", 1974) Balaam And The Angel BangBig Country ("The Crossing", 1983) — Blackfire — Black Pearl — Blodwyn Pig — Blue Ash ("No More No Less", 1973) — Bohemian Rhapsody (biopic, rock et cinéma) — Butler (John) Trio ("Sunrise Over Sea", 2004) — Buzzcocks ;

CactusCaptain BeyondCars (The) ("The Cars", 1978) — Chameleons (The) — Cheap Trick ("Cheap Trick", 1977) — Church (The) ("The Blurred Crusade", 1982) ;

Del Fuegos (The) — Del Lords (The)

El Khatib (Hanni)

Fat ("Fat", 1970) FFSFleetwood Mac (1/2) — Fleetwood Mac (2/2) ;

Ginhouse (Ginhouse, 1971) Gods (The) — Grant Lee Buffalo ("Fuzzy", 1993) — Greatest Show On Earth (The) ;

Hawkins (Taylor) & The Coattail RidersHearts And Minds ("Hearts And Minds", 1990) Hoodoo Gurus ;

Jo Jo Gunne ;

Kak (Kak, 1969) ;

Langhorne Slim "Be Set Free", 2009)Last Barons — Led Zeppelin Part 1Led Zeppelin Part 2 — Led Zeppelin Part 3  Little Bob ("Lost Territories", 1993) London Cowboys — Lords Of The New Church (The) ("The Lords Of The New Church, 1982) — Lyres ;

Malin (Jesse)  — Marriott (Steve) (1/2)Marriott (Steve) (2/2) — Mathe (Patrick) — McFadden (Eric)Midnight Oil part 1Midnight Oil part 2 — Midnight Oil part 3 — Midnight Oil part 4  Moore (Gary) (Blues For Greeny, 1995) ; Mother Tongue ("Mother Tongue", 1994) — Mumford And Sons ("Sigh No More", 2009) — Murphy (Elliott) ("Selling The Gold", 1995)

New York Dolls ("New York Dolls", 1973) ;

101'ers (The)

Peer Günt — Petty (Tom) ("The Last DJ", 2006)Pink Fairies — Presidents Of The United States Of America (The) ;

Quill ("Quill", 1970)

Rainmakers (The) "Skin" (1996) — Rave-Ups (The) Reed (Lou) — Replacements (The) ("Let It Be", 1984) ;

Sam Gopal ("Escalator", 1969)Satriani (Joe) 80's part 1 Satriani (Joe) 80's part 2Satriani (Joe) 80's part 3 — Scott (Mike) ("Bring 'Em All In", 1995) — Sheriff (Les)Sixteen Horsepower — Smithereens (The)Soul Aylum ("Let Your Dim Light Shine", 1995) — Spedding (Chris) — Springsteen (Bruce) (The Ghost Of Tom Joad, 1995) ; 

Taylor (Roger) (1/2)Taylor (Roger) (2/2) — Tolman (Russ)

Uncle Tupelo ("No Depression", 1990) Unforgiven (The) ("The Unforgiven", 1986) ;

Variations (Nador, 1969) — Violent Femmes ("Violent Femmes", 1983)  Violent Femmes ("Hallowed Ground", 1984) — Violent Femmes ("The Blind Leading The Naked", 1986) ; 

Waterboys (The) ("The Waterboys", 1983)Waterboys (The) ("A Pagan Place", 1984) — Waterboys (The) ("This Is The Sea", 1985) — Westerberg (Paul) (Eventually, 1996) — Wild Turkey — Workman (Hawksley) ("Treeful Of Starling", 2006) ;

X ("Los Angeles", 1980) ;

Zappa (Frank) part 1 Zappa (Frank) part 2 Zappa (Frank) part 3 Zappa (Frank) part 4 — Zappa (Frank) part 5 Zappa (Frank) part 6 

 

À lire et écouter ces prochains jours :

Cowboy Nation (01/02), The Ramones (02/02), Patto (03/02), Dave Cousins (04/02)…

 

À suivre (par ordre alphabétique, mais dans le désordre d'arrivée —et entre autres) ces prochaines semaines (et mois !!!) :

Adam & The Ants, The Angels (AUS), Art, Atomic Rooster…

Be-Bop Deluxe, Big Country, Blue Cheer, BoDeans, Brodie (Dan), Buffalo, Bull Angus…

The Cars, Cave (Nick), The Celibate Rifles, The Churchills, Concrete Blonde, The Cramps…

Dictators, Died Pretty, Dirty Ray, DMZ, Dramarama…

54.40, Fixed Up, Free, Freedom, Frijid Pink…

Georgia Satellites, Golden Smog, Grand Funk Railroad, Granicus, Grant-Lee Buffalo, Green On Red, Guadalcanal Diary, Gun (60's)…

Hanoi Rocks, Harvey (Alex), Hawkwind, Hell's Kitchen, Hiatt (John), High Tide, The Hitmen, Hooters, Husker Du…

Idle Race, Immaculate Fools…

The Jam, Jason & The Scorchers, Jellybread, Jeronimo, Jesus Volt, The J. Geils Band, The Johnnys, Josefus, Juicy Lucy… 

Kashmir (Danemark), Kid Pharaon…

Louie & The Lovers…

Masters Apprentices, McMurty (James), Modern Lovers, Mother Superior, The Move, Mungo Jerry, Music Machine…

Omar & The Howlers, The Only Ones…

The Primevals, Prince, The Proclaimers…

The Rainmakers, Todd Rundgren…

Sharks, Shoulders, Silencers, Slade, Smack, Steamhammer, Stems, Stewart (Rod), Stray…

Television, Tempest, Ten Years After, Les Thugs, T.I.M.E, Titanic, Toe Fat, T2, Tucky Buzzard, TV Smith…

UFO…

The Wallflowers, Webb Wilder, Wire Train, Steve Wynn…

The Yayhoos, Young (Neil)…

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

VIETNAM "VIETNAM" (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO

03/03/2019

1/10
Please reload

Posts Récents