© 2019 Radio Perfecto | vie privée

THE WATERBOYS "THIS IS THE SEA" (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO

24/01/2019

Un très bon ami à moi, malheureusement disparu depuis, m'a un jour dit quelque chose comme « on ne se rend pas compte à quel point on a de la chance d’être contemporain d’un génie comme Mike Scott ». Et il avait raison !

 

Je me souviens avoir interviewé Mike Scott au sortir d’un monumental (le mot est même faible) concert solo (pour l’album Bring ‘Em All In, de mémoire) à l’Européen, minuscule salle située Place de Clichy à Paris. 

 

J’avais consciencieusement préparé la chose, comme à mon habitude, et cet album des Waterboys en particulier, qui m’a toujours fasciné par sa teneur, sa richesse, sa radicalité aussi d’une certaine manière (aller au bout de cette entité impalpable et indéfinissable, la « big music »), était un peu le centre des débats. 

 

Pour schématiser, je voulais notamment faire admettre au songwriter écossais que le virage celtique amorcé juste après —avec l’exceptionnel Fisherman’s Blues (nous y reviendrons ici même)— était aussi dû au fait qu’il avait atteint avec This Is The Sea un point de non-retour (et un point… c’est tout !), et qu’il était peut-être conscient qu’il ne servait à rien de poursuivre sa quête du (justement) point G musical (G pour Graal bien sûr) de ce côté-ci du spectre sonique, qu’il en avait déjà touché du bout du médiator (ou des doigts, car le piano est ici presque plus utilisé que la guitare) le summum, la perfection. 

 

Oui, la perfection, ce disque est parfait de la première à la dernière seconde, et ce que l'on y réintègre les versions longues de "Spirit" et "Medicine Bow" ou pas, de la montée en puissance instrumentale ouvrant « Don’t Bang The Drum » (co-écrit avec Karl Wallinger et sur lequel d’ailleurs on retrouve les prémisses du meilleur World Party) au déluge final plein de félicité du morceau-titre. 

 

Parfait et définitif. Inutile donc de vous en tartiner des lignes et des lignes, l’on est ici bien au-delà du simple concept d’« album essentiel » et donc de « must have ». Mais je vais en rajouter une petite couche, quand même…

 

À noter, d’abord, que si le groupe est encore un trio (Scott, Wallinger et Thistlethwaite, qui à eux trois déjà, cumulent plus de quinze instruments différents), une bonne douzaine de musiciens supplémentaires ont participé à l’enregistrement, dont Steve Wickham au violon, qui deviendra dès la tournée à suivre celui qui va faire chavirer Mike Scott du côté celtique de la force, le faire s’installer à Dublin aussi. 

 

Un autre trait d'union entre les troisième et quatrième albums des Waterboys en est la reprise du "Sweet Thing" de Van Morrison (issu de l'album Astral Weeks, paru fin 1968), qui fut enregistrée pour This Is The Sea avant d'être mise une seconde fois en boite pour Fisherman's Blues. 

 

Richesse inouïe de l’instrumentation donc, même si l’on reste quand même dans un carcan assez rock (la batterie est prédominante, souvent d’ailleurs doublée, triplée, etc., d’une boite à rythmes —mais qui, dès lors, sonne comme une très grosse batterie, couchée sur bandes un peu à la manière du « Spector sound »). 

 

La force du disque réside d’ailleurs dans sa faculté à alterner empilages sonores et mélodies simples, voire simplistes, chansons d’une évidente clarté, comme la fameuse « The Whole of The Moon », un mini-tube qui marquera encore plus les esprits et les charts au moment de sa ressortie en 1991 (pour le Greatest Hits), écrite, selon les sources (et Mike Scott lui-même n’est pas très clair à ce sujet) à propos de son ami Nikki Sudden, de l’écrivain Cordwainer Smith (auteur notamment du cycle des « Seigneurs de l’Instrumentalité », qui regroupe vingt-sept nouvelles et un roman, un must de l’âge d’or de la SF), voire même de Prince !… 

 

L’alternance des titres courts et de passages plus épiques permet aussi de mieux mettre en exergue les forces inhérentes des uns et des autres, ainsi l’ensemble des titres survit sans difficulté à une écoute isolée (et même répétée !), mais s’inscrit en même temps dans un ensemble, qui tire paradoxalement le sel de son homogénéité de son hétérogénéité multiple, sa fulgurance de son évidence, et inversement.

 

Christophe Goffette

www.goofprod.com

 

LA SÉLECTION DU GOOF   :

  1. The Waterboys « Don’t Bang The Drum » (This Is The Sea, 1985) The Waterboys « The Whole Of The Moon » (This Is The Sea, 1985) The Waterboys « Spirit » (Full Length) (This Is The Sea, 1985) The Waterboys « The Pan Within » (This Is The Sea, 1985) The Waterboys « Medicine Bow » (Full Length) (This Is The Sea, 1985) The Waterboys « Old England » (This Is The Sea, 1985) The Waterboys « Be My Enemy » + « Trumpets » (This Is The Sea, 1985) The Waterboys « This Is The Sea » (This Is The Sea, 1985) The Waterboys « Beverly Penn » (outtake) (This Is The Sea, 1985) 10.The Waterboys « Sweet Thing » (outtake) (This Is The Sea, 1985)

 

Déjà paru :

Alarm (The) (Declaration, 1984) Alice Cooper part 1 — Alice Cooper part 2 — Alice Cooper part 3 — Alice Cooper part 4 — Alice Cooper part 5 — Alice Cooper part 6Alice Cooper part 7 Alice Cooper part 8Alice Cooper part 9 Asherton (Johan) ;

Bad Company ("Bad Co", 1974) Balaam And The Angel BangBig Country ("The Crossing", 1983) — Blackfire — Black Pearl — Blodwyn Pig — Blue Ash ("No More No Less", 1973) — Bohemian Rhapsody (biopic, rock et cinéma) — Butler (John) Trio ("Sunrise Over Sea", 2004) — Buzzcocks ;

CactusCaptain BeyondCars (The) ("The Cars", 1978) — Chameleons (The) — Cheap Trick ("Cheap Trick", 1977) — Church (The) ("The Blurred Crusade", 1982) ;

Del Fuegos (The) — Del Lords (The)

El Khatib (Hanni)

Fat ("Fat", 1970) FFSFleetwood Mac (1/2) — Fleetwood Mac (2/2) ;

Ginhouse (Ginhouse, 1971) Gods (The) — Grant Lee Buffalo ("Fuzzy", 1993) — Greatest Show On Earth (The) ;

Hawkins (Taylor) & The Coattail RidersHearts And Minds ("Hearts And Minds", 1990) Hoodoo Gurus ;

Jo Jo Gunne ;

Kak (Kak, 1969) ;

Langhorne Slim "Be Set Free", 2009)Led Zeppelin Part 1Led Zeppelin Part 2 — Led Zeppelin Part 3  Little Bob ("Lost Territories", 1993) London Cowboys — Lords Of The New Church (The) ("The Lords Of The New Church, 1982) — Lyres ;

Malin (Jesse)  — Marriott (Steve) (1/2)Marriott (Steve) (2/2) — Mathe (Patrick) — McFadden (Eric)Midnight Oil part 1Midnight Oil part 2 — Midnight Oil part 3 — Midnight Oil part 4  Moore (Gary) (Blues For Greeny, 1995) ; Mother Tongue ("Mother Tongue", 1994) — Mumford And Sons ("Sigh No More", 2009) — Murphy (Elliott) ("Selling The Gold", 1995)

New York Dolls ("New York Dolls", 1973) ;

101'ers (The)

Peer Günt — Petty (Tom) ("The Last DJ", 2006) — Presidents Of The United States Of America (The) ;

Quill ("Quill", 1970)

Rainmakers (The) "Skin" (1996) — Rave-Ups (The) Reed (Lou) ;

Sam Gopal ("Escalator", 1969)Satriani (Joe) 80's part 1 Satriani (Joe) 80's part 2Satriani (Joe) 80's part 3 — Scott (Mike) ("Bring 'Em All In", 1995) — Sheriff (Les)Sixteen Horsepower — Smithereens (The)Soul Aylum ("Let Your Dim Light Shine", 1995) — Spedding (Chris) — Springsteen (Bruce) (The Ghost Of Tom Joad, 1995) ; 

Taylor (Roger) (1/2)Taylor (Roger) (2/2) — Tolman (Russ)

Uncle Tupelo ("No Depression", 1990) Unforgiven (The) ("The Unforgiven", 1986) ;

Variations (Nador, 1969) — Violent Femmes ("Violent Femmes", 1983)  Violent Femmes ("Hallowed Ground", 1984) — Violent Femmes ("The Blind Leading The Naked", 1986) ; 

Waterboys (The) ("The Waterboys", 1983)Waterboys (The) ("A Pagan Place", 1984) Westerberg (Paul) (Eventually, 1996) — Wild Turkey — Workman (Hawksley) ("Treeful Of Starling", 2006) ;

X ("Los Angeles", 1980) ;

Zappa (Frank) part 1 Zappa (Frank) part 2 Zappa (Frank) part 3 Zappa (Frank) part 4 — Zappa (Frank) part 5 Zappa (Frank) part 6 

 

À lire et écouter ces prochains jours :

Dead Kennedys (25/01), The Replacements (26/01), Armageddon (27/01), Pink Fairies (28/01), Last Barons (29/01), The The (30/01), Cowboy Nation (01/02), The Ramones (02/02), Patto (03/02), Dave Cousins (04/02)…

 

À suivre (par ordre alphabétique, mais dans le désordre d'arrivée —et entre autres) ces prochaines semaines (et mois !!!) :

Adam & The Ants, The Angels (AUS), Art, Atomic Rooster…

Be-Bop Deluxe, Big Country, Blue Cheer, BoDeans, Brodie (Dan), Buffalo, Bull Angus…

The Cars, Cave (Nick), The Celibate Rifles, The Churchills, Concrete Blonde, The Cramps…

Dictators, Died Pretty, Dirty Ray, DMZ, Dramarama…

54.40, Fixed Up, Free, Freedom, Frijid Pink…

Georgia Satellites, Golden Smog, Grand Funk Railroad, Granicus, Grant-Lee Buffalo, Green On Red, Guadalcanal Diary, Gun (60's)…

Hanoi Rocks, Harvey (Alex), Hawkwind, Hell's Kitchen, Hiatt (John), High Tide, The Hitmen, Hooters, Husker Du…

Idle Race, Immaculate Fools…

The Jam, Jason & The Scorchers, Jellybread, Jeronimo, Jesus Volt, The J. Geils Band, The Johnnys, Josefus, Juicy Lucy… 

Kashmir (Danemark), Kid Pharaon…

Louie & The Lovers…

Masters Apprentices, McMurty (James), Modern Lovers, Mother Superior, The Move, Mungo Jerry, Music Machine…

Omar & The Howlers, The Only Ones…

The Primevals, Prince, The Proclaimers…

The Rainmakers, Todd Rundgren…

Sharks, Shoulders, Silencers, Slade, Smack, Steamhammer, Stems, Stewart (Rod), Stray…

Television, Tempest, Ten Years After, Les Thugs, T.I.M.E, Titanic, Toe Fat, T2, Tucky Buzzard, TV Smith…

UFO…

The Wallflowers, Webb Wilder, Wire Train, Steve Wynn…

The Yayhoos, Young (Neil)…

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

VIETNAM "VIETNAM" (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO

03/03/2019

1/10
Please reload

Posts Récents