© 2019 Radio Perfecto | vie privée

JO JO GUNNE (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO

21/01/2019

Jo Jo Gunne fut formé à Los Angeles, en 1971, suite à la première explosion en plein vol du Spirit de Randy California (qui en connaitra beaucoup d'autres !), avec les départs du bassiste Mark Andes et du chanteur et percussionniste Jay Ferguson (dernier arrivé, premier parti en l'occurrence, pour Ferguson !).

 

Tous les membres de Spirit sans exception se rejoignaient de deux manières bien distinctes : via leurs amours déraisonnées pour les enluminures pop des Beatles d'une part, et d'autre part leur volonté de se les approprier avec une approche autrement plus jazzy (et techniquement surmultipliée, le niveau des uns et des autres n'étant plus à démontrer). 

 

Mais quand Ferguson et Andes quittèrent Spirit pour former Jo Jo Gunne, c'était avec des paysages musicaux autrement plus américains en tête. Il faut dire aussi que Ferguson avait jadis monté un groupe de bluegrass, son frère Tom assurant le violon et lui le banjo !… 

 

La première grosse différence entre les deux groupes se situe au niveau de la composition du répertoire, avec Ferguson qui assure désormais l'intégralité des titres, musique et paroles confondues. Ceci dit, on ne le mentionne que trop rarement, mais sur les trois premiers albums de Spirit, c'était déjà Ferguson le principal compositeur, Randy California ne reprenant la main que progressivement, dès Twelve Dreams Off Dr. Sardonicus (1970), comme par hasard le dernier disque enregistré par la formation originelle, pour s'orienter dès Feedback en 1972 vers une musique plus primitive et binaire, clairement rock, voire hard rock. même si des effluves psychédéliques réapparaitront de temps à autre, de manière plus ou moins épisodique.

 

Jo Jo Gunne fut le second artiste signé sur Asylum Records, label fondé en 71 par David Geffen, rapidement récupéré par Warner (dès 72 !) sous la double bannière Elektra/Asylum, après Laura Nyro, et alors même que le label fut imaginé pour abriter Jackson Browne (ce qu'il fit rapidement) que Geffen, qui était son agent, n'avait pas réussi à faire signer chez Atlantic Records, avec cet échange devenu mythique entre lui et le légendaire président du label, Ahmet Ertegun : "Tu vas te faire un max de pognon avec Browne" avait insisté Geffen, ce à quoi Ertegun avait répondu "mais tu sais, j'ai déjà beaucoup beaucoup d'argent. Monte donc ton propre label et comme ça toi aussi tu pourras te faire un max de pognon !"…

 

Le nom "Jo Jo Gunne" était un emprunt à une chanson de Chuck Berry, sorti en single en novembre 1958. Pour ses débuts, le groupe ne pouvaient sans doute pas espérer avoir plus de compteurs dans le vert, avec un premier single ("Run Run Run") grimpant dans les charts américains mais aussi anglais (#6 de ce côté-ci de l'Atlantique !), avec de nombreuses radios le relayant, et des ventes faisant bonne mesure. 

 

Malheureusement, une dispute éclate entre Mark Andes, son frère Matt (qui tient la guitare) et Jay Ferguson, occasionnant le départ du premier, remplacé par un bassiste au jeu beaucoup plus perçant, Jimmie Randall. Randall, qui était assez monumental et dépassait tout le monde d'une tête, est aussi celui qui a permis au groupe de monter d'un cran en intensité, leurs concerts devenant beaucoup plus rock qu'auparavant. Remplacer Mark Andes était une sacrée gageure, mais en défrichant d'autres terrains Randall échappait au petit jeu mesquin des comparaisons et s'en est parfaitement tiré. Il restera d'ailleurs dans le groupe jusqu'à sa dissolution en 75 et est donc bien présent sur ses second, troisième et quatrième albums.

 

Plus inégaux, mais avec toutefois de sacrées fulgurances, les albums en question ne renouent pas avec le début de succès du premier et la motivation des cadres d'Asylum s'essouflent en même temps que le niveau des ventes. À noter que le second frangin Andes n'est pas non plus sur le dernier album du groupe, So… Where's The Snow ? (clairement le moins bon, et cette pochette, quelle horreur !), son jeu très proche d'un Ry Cooder, slide incluse, devenant beaucoup plus balourd et presque hard rock bas du front parfois, avec l'arrivée (pour peu de temps, du coup) de John Slaehely qui, ironie de l'histoire, est lui aussi passé par Spirit (sur l'album Feedback, le premier sans Ferguson). 

 

EN 1992, pour les 20 ans de sa création, le groupe se reforme avec tous ses membres originaux. Du nouveau matériel est même enregistré sous la houlette de Steve Lukather, mais jamais rien ne sortit ni du studio ni d'où que ce soit ! Bien plus tard, en 2005, tout le monde se retrouva à Santa Barbara, dans le propre studio de Jay Ferguson, et cette fois-ci les chansons finirent par trouver le chemin des bacs, bien malheureusement pour nous car l'album en question (Big Chain, sur Blue Hand Records) est tout à fait dispensable !

 

Après le premier split du groupe, Ferguson s'engagea dans une carrière solo et sortit plusieurs albums d'un rock californien que je qualifierais de mou (très) et clairement orientés pour les radios (avec à la clef un seul mini-tube, "Thunder Island", extrait de l'album du même nom), puis composa des musiques de films pas très inspiré(e)s (les musiques comme les films !). 

 

Mark Andes fonda Firefall, puis participa un temps à Heart. Quant au batteur Curly Smith (également guitariste de formation, pour la petite histoire), il intégra Spirit (décidément !) dans les années 80, Boston la décennie suivante et enregistra par ailleurs avec (entre autres) Jeff Beck (Flash, 1985), The Monkees, Randy California, Tonio K, Belinda Carlisle, Billy Burnett ou encore Gary Myrick, lui-même musicien de sessions réputé (Wilson Pickett, Tommy Shaw, Jackson Browne, John Waite…). 

 

Christophe Goffette

www.goofprod.com

 

DISCOGRAPHIE   :

 

Jo Jo Gunne (1972) ****1/2 — À ÉCOUTER EN PRIORITÉ

Bite Down Hard (1973) **** 

Jumpin' The Gunne (1973) ****

So…Where's The Snow ? (1974) ***

Big Chain (2005) **

Live 1971 & 1973 (2015) ***1/2

 

 

LA SÉLECTION DU GOOF   :

  1. Jo Jo Gunne « Run Run Run » (Jo Jo Gunne, 1972)

  2. Jo Jo Gunne « Where's The Show ? » (So...Where's The Show?, 1974)

  3. Jo Jo Gunne « I Wanna Love You » (Jumpin’ The Gunne, 1973)

  4. Jo Jo Gunne « Shake That Fat » (Jo Jo Gunne, 1972)

  5. Jo Jo Gunne « Rock Around The Symbol » + « Broken Down Man » (Bite Down Hard, 1973)

  6. Jo Jo Gunne « I’m Your Shoe » (So...Where's The Show?, 1974)

  7. Jo Jo Gunne « High School Drool » (Jumpin’ The Gunne, 1973)

  8. Jo Jo Gunne « Getaway » (Jumpin’ The Gunne, 1973)

  9. Jo Jo Gunne « Barstow Blue Eyes » (Jo Jo Gunne, 1972)

  10. Jo Jo Gunne « Ready Freddy » (Bite Down Hard, 1973)

 

Déjà paru :

Alarm (The) (Declaration, 1984) Alice Cooper part 1 — Alice Cooper part 2 — Alice Cooper part 3 — Alice Cooper part 4 — Alice Cooper part 5 — Alice Cooper part 6Alice Cooper part 7 Alice Cooper part 8Alice Cooper part 9 Asherton (Johan) ;

Bad Company ("Bad Co", 1974) Balaam And The Angel BangBig Country ("The Crossing", 1983) — Blackfire — Black Pearl — Blodwyn Pig — Blue Ash ("No More No Less", 1973) — Bohemian Rhapsody (biopic, rock et cinéma) — Butler (John) Trio ("Sunrise Over Sea", 2004) — Buzzcocks ;

CactusCaptain BeyondCars (The) ("The Cars", 1978) — Chameleons (The) — Cheap Trick ("Cheap Trick", 1977) — Church (The) ("The Blurred Crusade", 1982) ;

Del Fuegos (The) — Del Lords (The)

El Khatib (Hanni)

Fat ("Fat", 1970) FFSFleetwood Mac (1/2) — Fleetwood Mac (2/2) ;

Ginhouse (Ginhouse, 1971) Gods (The) — Grant Lee Buffalo ("Fuzzy", 1993) — Greatest Show On Earth (The) ;

Hawkins (Taylor) & The Coattail RidersHearts And Minds ("Hearts And Minds", 1990) Hoodoo Gurus ;

Kak (Kak, 1969) ;

Langhorne Slim "Be Set Free", 2009)Led Zeppelin Part 1Led Zeppelin Part 2 — Led Zeppelin Part 3  Little Bob ("Lost Territories", 1993) London Cowboys — Lords Of The New Church (The) ("The Lords Of The New Church, 1982) — Lyres ;

Malin (Jesse)  — Marriott (Steve) (1/2)Marriott (Steve) (2/2) — Mathe (Patrick) — McFadden (Eric)Midnight Oil part 1Midnight Oil part 2 — Midnight Oil part 3 — Midnight Oil part 4  Moore (Gary) (Blues For Greeny, 1995) ; Mother Tongue ("Mother Tongue", 1994) — Mumford And Sons ("Sigh No More", 2009) — Murphy (Elliott) ("Selling The Gold", 1995)

New York Dolls ("New York Dolls", 1973) ;

101'ers (The)

Peer Günt — Petty (Tom) ("The Last DJ", 2006) — Presidents Of The United States Of America (The) ;

Quill ("Quill", 1970)

Rainmakers (The) "Skin" (1996) — Rave-Ups (The) Reed (Lou) ;

Sam Gopal ("Escalator", 1969)Satriani (Joe) 80's part 1 Satriani (Joe) 80's part 2Satriani (Joe) 80's part 3 — Scott (Mike) ("Bring 'Em All In", 1995) — Sheriff (Les)Sixteen Horsepower — Smithereens (The)Soul Aylum ("Let Your Dim Light Shine", 1995) — Spedding (Chris) — Springsteen (Bruce) (The Ghost Of Tom Joad, 1995) ; 

Taylor (Roger) (1/2)Taylor (Roger) (2/2) — Tolman (Russ)

Uncle Tupelo ("No Depression", 1990) Unforgiven (The) ("The Unforgiven", 1986) ;

Variations (Nador, 1969) — Violent Femmes ("Violent Femmes", 1983)  Violent Femmes ("Hallowed Ground", 1984) — Violent Femmes ("The Blind Leading The Naked", 1986) ; 

Westerberg (Paul) (Eventually, 1996) — Wild Turkey — Workman (Hawksley) ("Treeful Of Starling", 2006) ;

X ("Los Angeles", 1980) ;

Zappa (Frank) part 1 Zappa (Frank) part 2 Zappa (Frank) part 3 Zappa (Frank) part 4 — Zappa (Frank) part 5 Zappa (Frank) part 6 

 

À lire et écouter ces prochains jours :

The Waterboys part 1 (22/01), The Waterboys part 2 (23/01), The Waterboys part 3 (24/01), Dead Kennedys (25/01), The Replacements (26/01), Armageddon (27/01), Pink Fairies (28/01), Last Barons (29/01), The The (30/01), Cowboy Nation (01/02), The Ramones (02/02), Patto (03/02), Dave Cousins (04/02)…

 

À suivre (par ordre alphabétique, mais dans le désordre d'arrivée —et entre autres) ces prochaines semaines (et mois !!!) :

Adam & The Ants, The Angels (AUS), Art, Atomic Rooster…

Be-Bop Deluxe, Big Country, Blue Cheer, BoDeans, Brodie (Dan), Buffalo, Bull Angus…

The Cars, Cave (Nick), The Celibate Rifles, The Churchills, Concrete Blonde, The Cramps…

Dictators, Died Pretty, Dirty Ray, DMZ, Dramarama…

54.40, Fixed Up, Free, Freedom, Frijid Pink…

Georgia Satellites, Golden Smog, Grand Funk Railroad, Granicus, Grant-Lee Buffalo, Green On Red, Guadalcanal Diary, Gun (60's)…

Hanoi Rocks, Harvey (Alex), Hawkwind, Hell's Kitchen, Hiatt (John), High Tide, The Hitmen, Hooters, Husker Du…

Idle Race, Immaculate Fools…

The Jam, Jason & The Scorchers, Jellybread, Jeronimo, Jesus Volt, The J. Geils Band, The Johnnys, Josefus, Juicy Lucy… 

Kashmir (Danemark), Kid Pharaon…

Louie & The Lovers…

Masters Apprentices, McMurty (James), Modern Lovers, Mother Superior, The Move, Mungo Jerry, Music Machine…

Omar & The Howlers, The Only Ones…

The Primevals, Prince, The Proclaimers…

The Rainmakers, Todd Rundgren…

Sharks, Shoulders, Silencers, Slade, Smack, Steamhammer, Stems, Stewart (Rod), Stray…

Television, Tempest, Ten Years After, Les Thugs, T.I.M.E, Titanic, Toe Fat, T2, Tucky Buzzard, TV Smith…

UFO…

The Wallflowers, Webb Wilder, Wire Train, Steve Wynn…

The Yayhoos, Young (Neil)…

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

VIETNAM "VIETNAM" (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO

03/03/2019

1/10
Please reload

Posts Récents