© 2019 Radio Perfecto | vie privée

THE LORDS OF THE NEW CHURCH "THE LORDS OF THE NEW CHURCH" (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO

06/01/2019

Les Lords sont clairement la plus belle progéniture que le post-punk ait connue. Comme le souligne le guitariste Brian James lui-même, la première graine fut sans doute plantée à Pâques 77, lorsque James alors avec les géniaux trublions Damned et les Dead Boys (dans lesquels officiait Stiv Bators) partageaient l’affiche pour un concert au CBGB’s qu’on imagine légendaire.

 

Les deux larrons s’entendent immédiatement à merveille, comme deux frères perdus qui se seraient retrouvés et c’est tout naturellement que les Dead Boys traversent à leur tour l’océan pour ouvrir en première partie des Damned une tournée anglaise qu’on imagine tout aussi légendaire !…

 

L’idée de peut-être un jour, pourquoi pas, bosser sur un semblant de vague ersatz de simili-projet fut émis par Bators lors de cette tournée, mais rien ne se concrétisa avant que le chanteur, en rupture de ses Dead Boys —dead pour de bon donc !—, n’invite le guitariste à l’accompagner (nous sommes au cœur de l’hiver 1980) pour une courte tournée de la cote est US. 

 

Là, les choses se précisent entre les deux hommes qui commencent à travailler sur quelques brouillons de chansons, sur lesquels ils se penchent beaucoup plus sérieusement à partir de l’année suivante, quand Stiv Bators déménage pour Londres. 

 

S’ensuit une période un peu confuse où le duo commence à répéter un peu, jammer beaucoup et composer… quasiment pas, en compagnie de différentes sections rythmiques, dont deux paires qui auraient dû faire quelques étincelles : Steve Nichols/Glen Matlock (respectivement des Hot Rods et des Pistols !), puis Tony James/Terry Chimes (ex-Generation X et The Clash), excusez du peu !… 

 

Mais l’osmose ne prenait jamais tout à fait (ego ego répondit l’écho) et ce n’est que lorsque Stiv Bators suggéra de travailler avec le bassiste Dave Tregunna (qu’il avait croisé lors de la courte aventure des Wonderers) et le batteur Nick Turner, récemment à la rue suite au split des Barracudas, que les Lords of the New Church prirent réellement forme. 

 

Les Lords, c’était surtout une formidable machine de guerre sur scène et jamais ils n’ont sonné sur disque avec ne serait-ce que le dixième de l’urgence déployée sur les planches. Les chansons paraissent en effet bien propres sur elles, une fois débarrassées de leurs oripeaux scéniques, qui avaient pour principales composantes une rythmique avide en cavalcades débridées, des solos de guitare tous plus crasseux et bancals les uns que les autres, façon irruptions intempestives, jamais démonstratifs ; et Stiv Bators, toujours dans des états de défonce et d’ébriété assez prononcés, se prenant pour… Alice Cooper (il lui arrivait effectivement assez régulièrement, après avoir présenté les autres membres du groupe, de se présenter lui comme Alice Cooper !… Réécoutez l’excellent et difficilement trouvable album live Second Coming). 

 

Mais lorsqu’on a eu comme votre serviteur la chance de se manger le groupe en live (à plusieurs reprises même, difficile de ne pas tendre l'autre oreille une fois que la première s'était pris une bonne raclée sonique !), restaient toujours en mémoire à l’écoute des albums studio des joutes scéniques colorées et tonitruantes qui, du fond d’un cortex embué de pareils souvenirs, renvoyaient en retour une meilleure image desdits disques que celle que pourrait avoir un parfait novice. 

 

Ce premier album éponyme est d’ailleurs celui qui retranscrit au mieux le quatuor tel qu’il pouvait prendre son essor lors d’un set rageur et court sur pattes. De toute façon, après une heure vingt vous aviez l’impression d’avoir parcouru le marathon de New York à l’envers et sur les mains !…

 

La suite verra la bande « se gothiser » légèrement, chercher aussi à percer en radio, au détriment de titres qui auraient mérité qu’on rende davantage justice à leur aspect coups de boutoir morvesques (= morveux + nirvanesques). 

 

Ce qui est le cas ici, comme sur l’introductif « New Church », le très hanoi rocksien « Lil’ Boys Play With Dolls », le bien balancé « Open Your Eyes » (leur seul tube… au Canada !), « Russian Roulette » et son habile montée en puissance, le bouillant et bouillonnant « Question of Temperature » ou encore le bien nommé « Apocalypso »

 

On est loin, c’est sûr et même si la galéjade avait du bon, de leur provocatrice reprise du « Like a Virgin » de la madone aux gros sourcils, trois ans plus tard. Et quand même quelques encablures au-dessus des pourtant presque aussi recommandables Is Nothing Sacred ? (1983) et The Method To Our Madness (1984)…

 

Christophe Goffette

www.goofprod.com

 

LA SÉLECTION DU GOOF   :

  1. The Lords Of The New Church « New Church » (The Lords Of The New Church, 1982)

  2. The Lords Of The New Church « Russian Roulette » (The Lords Of The New Church, 1982)

  3. The Lords Of The New Church « Question Of Temperature » (The Lords Of The New Church, 1982)

  4. The Lords Of The New Church « Eat Your Heart Out » (The Lords Of The New Church, 1982)

  5. The Lords Of The New Church « Portobello » (The Lords Of The New Church, 1982)

  6. The Lords Of The New Church « Open Your Eyes » (The Lords Of The New Church, 1982)

  7. The Lords Of The New Church « Livin’ On Livin’ » (The Lords Of The New Church, 1982)

  8. The Lords Of The New Church « Lil’ Boys Play With Dolls » (The Lords Of The New Church, 1982)

  9. The Lords Of The New Church « Apocalypso » (The Lords Of The New Church, 1982)

  10. The Lords Of The New Church « Holy War » (The Lords Of The New Church, 1982)

 

Déjà paru :

Alarm (The) (Declaration, 1984) Alice Cooper part 1 — Alice Cooper part 2 — Alice Cooper part 3 — Alice Cooper part 4 — Alice Cooper part 5 — Alice Cooper part 6Alice Cooper part 7 Alice Cooper part 8Alice Cooper part 9 Asherton (Johan) ;

Bad Company ("Bad Co", 1974) Balaam And The Angel BangBig Country ("The Crossing", 1983) — Blackfire — Black Pearl — Blodwyn Pig — Blue Ash ("No More No Less", 1973) — Bohemian Rhapsody (biopic, rock et cinéma) — Butler (John) Trio ("Sunrise Over Sea", 2004) — Buzzcocks ;

CactusCaptain Beyond — Cheap Trick ("Cheap Trick", 1977) — Church (The) ("The Blurred Crusade", 1982) ;

Del Fuegos (The) — Del Lords (The)

El Khatib (Hanni)

Fat ("Fat", 1970) FFSFleetwood Mac (1/2) — Fleetwood Mac (2/2) ;

Ginhouse (Ginhouse, 1971) Gods (The) ;

Hawkins (Taylor) & The Coattail RidersHearts And Minds ("Hearts And Minds", 1990) Hoodoo Gurus ;

Kak (Kak, 1969) ;

Langhorne Slim "Be Set Free", 2009)Led Zeppelin Part 1Led Zeppelin Part 2 — Led Zeppelin Part 3  Little Bob ("Lost Territories", 1993) London Cowboys — Lyres ;

Malin (Jesse)  — Marriott (Steve) (1/2)Marriott (Steve) (2/2) — Mathe (Patrick) — McFadden (Eric)Midnight Oil part 1Midnight Oil part 2 — Midnight Oil part 3 — Midnight Oil part 4  Moore (Gary) (Blues For Greeny, 1995) ; Mother Tongue ("Mother Tongue", 1994) — Mumford And Sons ("Sigh No More", 2009) — Murphy (Elliott) ("Selling The Gold", 1995)

New York Dolls ("New York Dolls", 1973) ;

Peer Günt — Petty (Tom) ("The Last DJ", 2006) — Presidents Of The United States Of America (The) ;

Rainmakers (The) "Skin" (1996) — Rave-Ups (The) Reed (Lou) ;

Satriani (Joe) 80's part 1 Satriani (Joe) 80's part 2Satriani (Joe) 80's part 3 — Sheriff (Les)Sixteen Horsepower — Smithereens (The)Soul Aylum ("Let Your Dim Light Shine", 1995) — Spedding (Chris) — Springsteen (Bruce) (The Ghost Of Tom Joad, 1995) ; 

Taylor (Roger) (1/2)Taylor (Roger) (2/2) — Tolman (Russ)

Unforgiven (The) ("The Unforgiven", 1986) ;

Variations (Nador, 1969) ; 

Westerberg (Paul) (Eventually, 1996) — Workman (Hawksley) ("Treeful Of Starling", 2006) ;

Zappa (Frank) part 1 Zappa (Frank) part 2 Zappa (Frank) part 3 Zappa (Frank) part 4 — Zappa (Frank) part 5 Zappa (Frank) part 6 

 

À lire et écouter ces prochains jours :

Led Zeppelin (part 4, etc.), Wild Turkey, Midnight Oil part 5, Sam Gopal… 

 

À suivre (par ordre alphabétique, mais dans le désordre d'arrivée —et entre autres) ces prochaines semaines (et mois !!!) :

Adam & The Ants, The Angels (AUS), Art, Atomic Rooster…

Be-Bop Deluxe, Big Country, Blue Cheer, BoDeans, Brodie (Dan), Buffalo, Bull Angus…

The Cars, Cave (Nick), The Celibate Rifles, The Chameleons (UK), The Churchills, Concrete Blonde, The Cramps…

Dictators, Died Pretty, Dirty Ray, DMZ, Dramarama…

54.40, Fixed Up, Free, Freedom, Frijid Pink…

Georgia Satellites, Golden Smog, Grand Funk Railroad, Granicus, Grant-Lee Buffalo, The Greatest Show On Earth, Green On Red, Guadalcanal Diary, Gun (60's)…

Hanoi Rocks, Harvey (Alex), Hawkwind, Hell's Kitchen, Hiatt (John), High Tide, The Hitmen, Hooters, Husker Du…

Idle Race, Immaculate Fools…

The Jam, Jason & The Scorchers, Jellybread, Jeronimo, Jesus Volt, The J. Geils Band, The Johnnys, Josefus, Juicy Lucy… 

Kashmir (Danemark), Kid Pharaon…

Louie & The Lovers…

Masters Apprentices, McMurty (James), Modern Lovers, Mother Superior, The Move, Mungo Jerry, Music Machine…

Omar & The Howlers, The Only Ones…

Patto, Pink Fairies, The Primevals, Prince, The Proclaimers…

Quill…

The Rainmakers, Todd Rundgren…

Sharks, Shoulders, Silencers, Slade, Smack, Steamhammer, Stems, Stewart (Rod), Stray…

Television, Tempest, Ten Years After, Les Thugs, T.I.M.E, Titanic, Toe Fat, T2, Tucky Buzzard, TV Smith…

UFO…

The Wallflowers, Webb Wilder, Wire Train, Steve Wynn…

The Yayhoos, Young (Neil)…

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

VIETNAM "VIETNAM" (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO

03/03/2019

1/10
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives