© 2019 Radio Perfecto | vie privée

ELLIOTT MURPHY "SELLING THE GOLD" (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO

01/01/2019

Débutons la nouvelle année comme nous avons terminé la précédente, à savoir d'une part en excellente compagnie, et d'autre part avec l'un des plus grands songwriters américains de ces cinquante dernières années, parmi le dernier peloton de tête de ceux qui ne nous ont jamais déçus (ou quasiment jamais), peloton constitué donc du regretté Tom Petty, de John Hiatt, de Gary Louris, de John Mellencamp et… d'Elliott Murphy (non, je n'inclus pas Springsteen, présent ici en duo sur "Everything I Do" et j'assume ce choix, quitte à faire bondir les plus aveugles —ou sourds en l'occurrence— de son troupeau de fans). 

 

Si le mot songwriter n’avait pas déjà existé, il aurait fallu l’inventer pour Elliott Murphy ! À la fois artisan perfectionniste et raconteur d’histoires touché par la grâce, Elliott a une voix en or et un talent tel qu’il pourrait réciter le bottin dans un coffret 12 CDs sans jamais se montrer chiant. 

 

Américain expatrié à la Bastille, perpétuellement sur la route, continuellement de nouvelles chansons en chantier, il est devenu encore meilleur que lorsqu’il se retrouvait engoncé dans l’habit étroit du parfait dandy loser (bon, il a gardé le côté dandy, qui lui va d’ailleurs plutôt bien). 

 

Aucun album d’Elliott Murphy n’est à jeter, même certains dont la production a parfois pris un petit coup de vieux (dans les années 80, notamment Milwaukee), mais celui-ci est sans doute l’un des plus parfaits (et pas que parce que les inégalables Violent Femmes y sont présents sur la dernier tour de piste, "King Of The Serpentine"). 

 

Parfaite combinaison de ses deux penchants, acoustique et électrique et textes ô combien sublimes (souvent à la première personne, mais avec un Elliott plus spectateur que participant aux événements) qui mettent en exergue des thèmes fondamentaux en n’évoquant que des petits détails. 

 

Je me souviens encore de la première écoute de Selling The Gold. Je m’étais fait la douzaine d’albums précédents, dans la semaine, en guise de préambule, et là, alors que « Buddy & Peggy Sue » (début de seconde partie d’album) me fracassait le bulbe, je savais déjà qu’il s’agissait d’un très grand cru, l’un des meilleurs du songwriter (le meilleur ?) ; mais quand j’entendis « Is Fellini Really Dead », ce fut le coup de grâce ! 

 

Elliott Murphy est un génie, il faudra bien qu’il soit reconnu comme tel un jour. Oui, un jour, on reviendra sur sa carrière, c’est écrit, et l’on se dira qu’on avait vraiment de la chance d'en être contemporain, de découvrir ses disques au moment où il les enregistrait, de le voir sur scène aussi, car l’expérience vaut assurément le détour. 

 

Christophe Goffette

www.goofprod.com

 

 

LA SÉLECTION DU GOOF   :

  1. Elliott Murphy « Love To America » + « Take Your Love Away (Selling The Gold, 1995)

  2. Elliott Murphy « Everything I Do » (Selling The Gold, 1995)

  3. Elliott Murphy « Taste The Good Life » (Selling The Gold, 1995)

  4. Elliott Murphy « Selling The Gold » (Selling The Gold, 1995)

  5. Elliott Murphy « A Whole New World » (Selling The Gold, 1995)

  6. Elliott Murphy « Buddy And Peggy Sue » (Selling The Gold, 1995)

  7. Elliott Murphy « Real Time » (Selling The Gold, 1995)

  8. Elliott Murphy « Is Fellini Really Dead » (Selling The Gold, 1995)

  9. Elliott Murphy « Then I’m Gonna Make Love To You » (Selling The Gold, 1995)

  10. Elliott Murphy « King Of The Serpentine » (Selling The Gold, 1995)

 

Déjà paru :

Alarm (The) (Declaration, 1984) Alice Cooper part 1 — Alice Cooper part 2 — Alice Cooper part 3 — Alice Cooper part 4 — Alice Cooper part 5 — Alice Cooper part 6Alice Cooper part 7 Alice Cooper part 8Alice Cooper part 9 Asherton (Johan) ;

Bad Company ("Bad Co", 1974) Balaam And The Angel BangBlackfire — Black Pearl — Blodwyn Pig — Blue Ash ("No More No Less", 1973) — Bohemian Rhapsody (biopic, rock et cinéma) — Butler (John) Trio ("Sunrise Over Sea", 2004) — Buzzcocks ;

CactusCaptain Beyond — Cheap Trick ("Cheap Trick", 1977)  ;

Del Fuegos (The) — Del Lords (The)

El Khatib (Hanni)

Fat ("Fat", 1970) FFSFleetwood Mac (1/2) — Fleetwood Mac (2/2) ;

Ginhouse (Ginhouse, 1971) Gods (The) ;

Hawkins (Taylor) & The Coattail RidersHearts And Minds ("Hearts And Minds", 1990) Hoodoo Gurus ;

Kak (Kak, 1969) ;

Langhorne Slim "Be Set Free", 2009)Led Zeppelin Part 1Led Zeppelin Part 2 — Led Zeppelin Part 3  Little Bob ("Lost Territories", 1993) London Cowboys ;

Malin (Jesse)  — Marriott (Steve) (1/2)Marriott (Steve) (2/2) — Mathe (Patrick) — McFadden (Eric)Midnight Oil part 1Midnight Oil part 2 — Midnight Oil part 3 — Midnight Oil part 4  Moore (Gary) (Blues For Greeny, 1995) ; Mother Tongue ("Mother Tongue", 1994)

New York Dolls ("New York Dolls", 1973) ;

Peer Günt — Petty (Tom) ("The Last DJ", 2006) — Presidents Of The United States Of America (The) ;

Rainmakers (The) "Skin" (1996) — Rave-Ups (The) Reed (Lou) ;

Satriani (Joe) 80's part 1 Satriani (Joe) 80's part 2Satriani (Joe) 80's part 3 — Sheriff (Les)Sixteen Horsepower — Smithereens (The)Soul Aylum ("Let Your Dim Light Shine", 1995) — Spedding (Chris) — Springsteen (Bruce) (The Ghost Of Tom Joad, 1995) ; 

Taylor (Roger) (1/2)Taylor (Roger) (2/2) — Tolman (Russ)

Unforgiven (The) ("The Unforgiven", 1986) ;

Variations (Nador, 1969) ; 

Westerberg (Paul) (Eventually, 1996) — Workman (Hawksley) ("Treeful Of Starling", 2006) ;

Zappa (Frank) part 1 Zappa (Frank) part 2 Zappa (Frank) part 3 Zappa (Frank) part 4 — Zappa (Frank) part 5 Zappa (Frank) part 6 

 

À lire et écouter ces prochains jours :

Led Zeppelin (part 4, etc.), Wild Turkey, Midnight Oil part 5, Sam Gopal… 

 

À suivre (par ordre alphabétique, mais dans le désordre d'arrivée —et entre autres) ces prochaines semaines (et mois !!!) :

Adam & The Ants, The Angels (AUS), Art, Atomic Rooster…

Balaam and the Angel, Be-Bop Deluxe, Big Country, Blue Cheer, BoDeans, Brodie (Dan), Buffalo, Bull Angus…

The Cars, Cave (Nick), The Celibate Rifles, The Chameleons (UK), The Churchills, Concrete Blonde, The Cramps…

Dictators, Died Pretty, Dirty Ray, DMZ, Dramarama…

54.40, Fixed Up, Free, Freedom, Frijid Pink…

Georgia Satellites, Golden Smog, Grand Funk Railroad, Granicus, Grant-Lee Buffalo, The Greatest Show On Earth, Green On Red, Guadalcanal Diary, Gun (60's)…

Hanoi Rocks, Harvey (Alex), Hawkwind, Hell's Kitchen, Hiatt (John), High Tide, The Hitmen, Hooters, Husker Du…

Idle Race, Immaculate Fools…

The Jam, Jason & The Scorchers, Jellybread, Jeronimo, Jesus Volt, The J. Geils Band, The Johnnys, Josefus, Juicy Lucy… 

Kashmir (Danemark), Kid Pharaon…

Louie & The Lovers…

Masters Apprentices, McMurty (James), Modern Lovers, Mother Superior, The Move, Mungo Jerry, Music Machine…

Omar & The Howlers, The Only Ones…

Patto, Pink Fairies, The Primevals, Prince, The Proclaimers…

Quill…

The Rainmakers, Todd Rundgren…

Sharks, Shoulders, Silencers, Slade, Smack, Steamhammer, Stems, Stewart (Rod), Stray…

Television, Tempest, Ten Years After, Les Thugs, T.I.M.E, Titanic, Toe Fat, T2, Tucky Buzzard, TV Smith…

UFO…

The Wallflowers, Webb Wilder, Wire Train, Steve Wynn…

The Yayhoos, Young (Neil)…

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

VIETNAM "VIETNAM" (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO

03/03/2019

1/10
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives