© 2019 Radio Perfecto | vie privée

JESSE MALIN (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO

28/12/2018

Finalement, la musique et les musiciens peuvent bêtement se résumer en trois catégories : les techniciens, qui mettent leur savoir-faire en avant plus que leur intelligence et ce qui fait qu’ils sont des êtres humains ; les instinctifs, qui ne peuvent s’empêcher de tout déballer, pour le meilleur et pour le pire ; et les génies, qui sont hors catégorie, à la fois électrons libres et forces improbables autant qu’incompréhensibles…

 

Jesse Malin est sans contestation possible de cette race de seigneurs sombres, insondables, mystérieux et immédiatement contagieux.

 

Prenez le morceau qui débute son premier album en solitaire (après un EP auto produit), The Fine Art Of Self Destruction (produit par Ryan Adams, qui y assure aussi pas mal des parties de guitare) de celui qui fût remarqué notamment du temps de son D-Generation : un piano et une guitare en goguette, une mélodie pratiquement sans aucun relief, on pourrait presque sentir l’ennui pointer et puis, en quelques secondes seulement, cette voix tiraillée, ces textes ciselés et, dès le court refrain, tout s’illumine, la chanson prend corps, les images défilent… 

 

On est dans le film de la chanson et inversement. Jesse est là, on croit pouvoir le toucher, mais on ne fait que l’apercevoir et si l’on s’en approche trop, l’on passe totalement à travers. Cet album, sans doute son meilleur, en tout cas le parfait éclaireur de la multitude à suivre et même encore en devenir, prend son temps.

 

Il est insidieux, malin comme ce Malin. Il s’amuse des colorations, de mélodies nuageuses, parfois mêmes orageuses, de petits riens qui font toute la différence. 

 

Par fainéantise (et surtout bêtise), beaucoup comparent Jesse Malin, pur produit new yorkais, à Neil Young ou Paul Westerberg (il reprendra d'ailleurs "Bastards Of Young", petite merveille d'entre les merveilles des Replacements, un peu plus tard). Le seul lien entre ces trois hommes, entre ces trois génies pour en revenir à notre étiquetage un peu expéditif du début, est que ce sont des sauvages contenus et que c’est lorsqu’ils essayent tant bien que mal d’enfermer leur rage, de la traduire en mots simples, en mélodies singulières et en atmosphères plurielles, qu’ils rendent tout leur jus, toute leur saveur. 

 

Ensuite, lorsqu’ils reviennent à des titres plus enlevés (« Wendy », par exemple, dans le cas de Jesse Malin), car on ne peut pas tourner totalement le dos à sa vraie nature, l’on comprend mieux le songwriter —et donc l’homme. 

 

Jesse Malin écrit simplement des chansons. S’il était avant tout technicien, ces chansons seraient chiantes, monotones, sans intérêt. S’il n’était qu’instinctif, il en serait encore à punker comme un damné et n’ouvrirait qu’un triste et minuscule chapitre de la formidable épopée de larmes, de sueur, de doutes, d’angoisses, de fantômes et de rébellions, qu’il débutait alors avec ce premier album solo. 

 

Mais Jesse est un génie et le propre du génie est de rayonner, d’irradier, d’inonder chaque particule qui l’entoure de son aura particulière. En cela, The Fine Art Of Self Destruction et la plupart des albums parus depuis, Glitter In The Gutter en tête (avec la participation de Bruce Springsteen, Josh Homme, Jacob Dylan et le fidèle Ryan Adams) sont autant la marque d’un génie que du Malin qui sommeille en Jesse…

 

Christophe Goffette

www.goofprod.com

 

DISCOGRAPHIE   :

 

The Fine Art Of Self Destruction (2002) ****1/2 — À ÉCOUTER EN PRIORITÉ

Wendy EP (2003) ****

The Heat (2004) ***1/2

Glitter In The Gutter (2007) ****1/2 — À ÉCOUTER EN PRIORITÉ

Love It To Life - The Live Sessions (2007) ***1/2

Mercury Retrograde (2008) ****

On Your Sleeve (2008) ****

Love It To Life (2010) ****

Hail Mary Gunners (2012) ****

Outsiders (2015) ****

New York Before The War (2015) ***1/2

 

LA SÉLECTION DU GOOF   :

  1. Jesse Malin « Queen Of The Underworld » + « Almost Grown » (The Fine Art Of Self Destruction, 2002)

  2. Jesse Malin « Wendy » Remix (Wendy EP, 2003)

  3. Jesse Malin « Broken Radio » (avec Bruce Springsteen) (Glitter In The Gutter, 2007)

  4. Jesse Malin « Brooklyn » (Rock Version, bonus track) (The Fine Art Of Self Destruction, 2002)

  5. Jesse Malin « Death Or Glory » + « Hungry Heart » (Wendy EP, 2003)

  6. Jesse Malin « Don’t Let Them Take You Down (Beautiful Day!) » + « In The Modern World » (Glitter In The Gutter, 2007)

  7. Jesse Malin « Do You Remember Rock’n’Roll Radio » + « Gates Of The West » (On Your Sleve, 2008)

  8. Jesse Malin « Since You’re In Love » (The Heat, 2004)

  9. Jesse Malin « Lucinda » + « Prisoners Of Paradise » (Glitter In The Gutter, 2007)

  10. Jesse Malin « Downliner » (The Fine Art Of Self Destruction, 2002)

Déjà paru :

Alarm (The) (Declaration, 1984) Alice Cooper part 1 — Alice Cooper part 2 — Alice Cooper part 3 — Alice Cooper part 4 — Alice Cooper part 5 — Alice Cooper part 6Alice Cooper part 7 Alice Cooper part 8Alice Cooper part 9 Asherton (Johan) ;

Bad Company ("Bad Co", 1974) Balaam And The Angel BangBlackfire — Black Pearl — Blodwyn Pig — Blue Ash ("No More No Less", 1973) — Bohemian Rhapsody (biopic, rock et cinéma) — Buzzcocks ;

CactusCaptain Beyond — Cheap Trick ("Cheap Trick", 1977)  ;

Del Fuegos (The) — Del Lords (The)

El Khatib (Hanni)

Fat ("Fat", 1970) FFSFleetwood Mac (1/2) — Fleetwood Mac (2/2) ;

Ginhouse (Ginhouse, 1971) Gods (The) ;

Hawkins (Taylor) & The Coattail RidersHearts And Minds ("Hearts And Minds", 1990) Hoodoo Gurus ;

Kak (Kak, 1969) ;

Langhorne Slim "Be Set Free", 2009)Led Zeppelin Part 1Led Zeppelin Part 2 — Led Zeppelin Part 3  Little Bob ("Lost Territories", 1993) London Cowboys ;

Marriott (Steve) (1/2)Marriott (Steve) (2/2) — Mathe (Patrick) — McFadden (Eric)Midnight Oil part 1Midnight Oil part 2 — Midnight Oil part 3 — Midnight Oil part 4  Moore (Gary) (Blues For Greeny, 1995) ; Mother Tongue ("Mother Tongue", 1994)

New York Dolls ("New York Dolls", 1973) ;

Peer Günt — Presidents Of The United States Of America (The) ;

Rainmakers (The) "Skin" (1996) — Rave-Ups (The) Reed (Lou) ;

Satriani (Joe) 80's part 1 Satriani (Joe) 80's part 2Satriani (Joe) 80's part 3 — Sheriff (Les)Sixteen Horsepower — Smithereens (The)Soul Aylum ("Let Your Dim Light Shine", 1995) — Spedding (Chris) — Springsteen (Bruce) (The Ghost Of Tom Joad, 1995) ; 

Taylor (Roger) (1/2)Taylor (Roger) (2/2) — Tolman (Russ)

Unforgiven (The) ("The Unforgiven", 1986) ;

Variations (Nador, 1969) ; 

Westerberg (Paul) (Eventually, 1996) ;

Zappa (Frank) part 1 Zappa (Frank) part 2 Zappa (Frank) part 3 Zappa (Frank) part 4 — Zappa (Frank) part 5 Zappa (Frank) part 6 

 

À lire et écouter ces prochains jours :

Led Zeppelin (part 4, etc.), Wild Turkey (31/12), Midnight Oil part 5 (01/01)…Sam Gopal… 

 

À suivre (par ordre alphabétique, mais dans le désordre d'arrivée —et entre autres) ces prochaines semaines (et mois !!!) :

Adam & The Ants, The Angels (AUS), Art, Atomic Rooster…

Balaam and the Angel, Be-Bop Deluxe, Big Country, Blue Cheer, BoDeans, Brodie (Dan), Buffalo, Bull Angus…

The Cars, Cave (Nick), The Celibate Rifles, The Chameleons (UK), The Churchills, Concrete Blonde, The Cramps…

Dictators, Died Pretty, Dirty Ray, DMZ, Dramarama…

54.40, Fixed Up, Free, Freedom, Frijid Pink…

Georgia Satellites, Golden Smog, Grand Funk Railroad, Granicus, Grant-Lee Buffalo, The Greatest Show On Earth, Green On Red, Guadalcanal Diary, Gun (60's)…

Hanoi Rocks, Harvey (Alex), Hawkwind, Hell's Kitchen, Hiatt (John), High Tide, The Hitmen, Hooters, Husker Du…

Idle Race, Immaculate Fools…

The Jam, Jason & The Scorchers, Jellybread, Jeronimo, Jesus Volt, The J. Geils Band, The Johnnys, Josefus, Juicy Lucy… 

Kashmir (Danemark), Kid Pharaon…

Louie & The Lovers…

Masters Apprentices, McMurty (James), Modern Lovers, Mother Superior, The Move, Mungo Jerry, Music Machine…

Omar & The Howlers, The Only Ones…

Patto, Pink Fairies, The Primevals, Prince, The Proclaimers…

Quill…

The Rainmakers, Todd Rundgren…

Sharks, Shoulders, Silencers, Slade, Smack, Steamhammer, Stems, Stewart (Rod), Stray…

Television, Tempest, Ten Years After, Les Thugs, T.I.M.E, Titanic, Toe Fat, T2, Tucky Buzzard, TV Smith…

UFO…

The Wallflowers, Webb Wilder, Wire Train, Steve Wynn…

The Yayhoos, Young (Neil)…

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

VIETNAM "VIETNAM" (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO

03/03/2019

1/10
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives