© 2019 Radio Perfecto | vie privée

JOE SATRIANI 80's PART 1 (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO

19/12/2018

Originaire de Long Island (New York) et non pas de la planète Mars comme le soulignent certains de ses invétérés fans, Joe Satriani a évolué, dès sa prime enfance, dans un contexte musical particulier, avec sa mère et ses trois sœurs passionnées par le piano. Marion, l’aînée des trois frangines, qui est également chanteuse folk et gratteuse à temps partiel, lui inculque rapidement ses toutes premières notes, à la fois sur un clavier et sur un manche. Rapidement, Joe opte pour la guitare (après avoir entendu jouer Hendrix), instrument qui lui paraît plus propice aux expérimentations et à la distorsion de sons et d’ambiances.

 

Nous sommes en 1970, il n’est qu’un jeune adolescent, mais son bagage guitaristique et ses bases sur la théorie musicale sont si solides qu’il peut déjà se permettre de prendre un bon professeur pour se perfectionner, tout en participant vaguement à plusieurs petits groupes locaux sans réelle envergure. Ce prof, un certain Bill Wescoll, lui transmet tout particulièrement son amour de la musique, un des principaux ingrédients générateurs de la versatilité instrumentale que l’on retrouvera tout au long de sa discographie. Mais Wescoll lui fait surtout découvrir Bartok, Chopin, Haendel, Harry Partch ou encore Eric Satie.

 

La même année, il ne délaisse toutefois pas définitivement le piano et travaille aussi cet instrument d’arrache-pied sous la houlette de Lennie Tristano, célèbre compositeur de jazz, qui lui enseigne rigueur et discipline. La plus grande leçon retenue par Joe de cette expérience est que l’on ne joue pas quelque chose tant que l’on ne s’y est pas préparé. Ceci dit, si notre homme reconnaît volontiers que l’étendue du clavier lui a permis de travailler consonances et dissonances, il n’en avoue pas moins ses piètres résultats en la matière (à cause notamment de problèmes de tendinite à la main gauche).

 

S’ensuivent un voyage au Japon, une visite mouvementée de Los Angeles, avant que Joe ne s’installe à Berkeley, en Californie, en 1977. Berkeley, plaque tournante pour musiciens débutants et confirmés, lui permet de donner de nombreux cours, notamment à Larry Lalonde (futur Possessed), Kirk Hammett (Metallica) et à un certain Steve Vai, arrivé paraît-il à l’âge de 14 ans avec une guitare sans corde dans une main, les cordes dans l’autre, pour repartir après avec une ultime leçon où il aurait prouvé au maître que l’élève pouvait désormais le surpasser.

 

À partir de 1979, Joe forme The Squares (bien évidemment rien à voir avec le groupe français du même nom), un trio pop coincé paraît-il entre les Everly Bros et Van Halen, qui fit relativement parler de lui pendant 5 ans, tourna énormément mais ne décrocha pas la timbale de l’enregistrement studio, pas même un vulgaire 45 tours, damn it !

 

Rien de grave, notre virtuose laisse tomber The Squares en 84 et entame sans plus tarder sa carrière solo, en s’autorisant dans la foulée un premier mini-album autoproduit, Joe Satriani, aujourd’hui recherché par des hordes de fans prêts à passer la corde (de mi grave) aux rares privilégiés possédant cette petite merveille. La partie compilation du double compact Time Machine reprend les titres « Dreamin#11 », « Banana Mango », « I am Become Death » et « Saying Goodbye », remixés pour l’occasion, mais laisse cependant de côté un certain « Talk To Me » bourré d’effets sonores jusqu’au ras du couvercle.

 

L’année suivante, Satriani passe d’un quasi anonymat à un succès d’estime et une première esquisse de réponse positive de la part du public, avec l’album Not Of This Earth, enregistré de janvier à mars aux studios Hyde Street de San Francisco. Prenant un maximum de risques financiers (l’album est produit avec une carte de crédit), Joe compose la totalité des titres, s’occupe des arrangements, joue de tous les instruments —sauf les percussions laissées à Jeff Campitelli— et co-produit avec John Cuniberti, son fidèle compère.

 

Le résultat, s’il n’est pas transcendant, notamment à cause du manque de réelle section rythmique, est toutefois des plus louables. Comme le souligne son auteur, Not Of This Earth reflète une collection d’idées sur lesquelles il a travaillé à ce moment bien précis, son but étant de faire un disque de guitare qui ne soit pas réservé qu’aux guitaristes mais écoutable par le plus grand nombre. 107 heures de travail, mixage compris, furent nécessaires pour la mise en place des 10 morceaux aux multiples teintes contenus dans l’album. Son clair, mélodies incroyablement tortueuses, ambiances magiques… Satriani apparaît d’emblée comme un extraterrestre surdoué capable de tout faire techniquement, mais en privilégiant sensibilité et sens de la mélodie. Véritable catalyseur d’énergie, son instrument chuchote, parade et s’enflamme tour à tour, un véritable feu d’artifice !

 

À mettre tout particulièrement sur un piédestal « The Snake », où il enchaîne changements rythmiques et sonorités à un rythme endiablé digne, dans un tout autre domaine, du « Guitar Jamboree » de Chris Spedding. Mais aussi le très beau « Rubina », dédiée à sa femme, sans oublier « Hordes of Locusts » et son ambiance orientale ou le très drôle « The Headless Horseman »

 

Si l’album ne décolle pas tout de suite au niveau des ventes, Satriani devient quant à lui immédiatement l’homme à avoir un prix. Tout le monde se l’arrache et ne pouvant être partout, il consent seulement à quelques participations. Il fait toutes les guitares de l’album Love & Rock’n Roll du Greg Kihn Band, tourne avec lui, puis travaille successivement avec Tony Williams, Stuart Hamm (bassiste prodige élève de Zappa, qui collaborera ensuite plus intensément aux albums et tournées de Joe), John Gibson, Danny Gotlieb (un solo sur l’album Aquamarine) et Crowded House, groupe néo-zélandais qu’il apprécie énormément, pour qui il fait les chœurs. Comme si cela n’était pas suffisant, il co-produit un mini album de Possessed et écrit régulièrement pour le mensuel Guitar For The Practising Musician.

 

Christophe Goffette

www.goofprod.com

 

 

LA SÉLECTION DU GOOF   :

  1. Joe Satriani « Not Of This Earth » (Not Of This Earth, 1986)

  2. Joe Satriani « The Snake » (Not Of This Earth, 1986)

  3. Joe Satriani « Rubina » (Not Of This Earth, 1986)

  4. Joe Satriani « Memories » (Not Of This Earth, 1986)

  5. Joe Satriani « Brother John » (Not Of This Earth, 1986)

  6. Joe Satriani « The Enigmatic » (Not Of This Earth, 1986)

  7. Joe Satriani « Driving At Night » (Not Of This Earth, 1986)

  8. Joe Satriani « Hordes Of Locusts » (Not Of This Earth, 1986)

  9. Joe Satriani « New Day » (Not Of This Earth, 1986)

  10. Joe Satriani « The Headless Horseman » (Not Of This Earth, 1986)

 

Déjà paru :

Alarm (The) (Declaration, 1984) Alice Cooper part 1 — Alice Cooper part 2 — Alice Cooper part 3 — Alice Cooper part 4 — Alice Cooper part 5 — Alice Cooper part 6Alice Cooper part 7 Alice Cooper part 8Alice Cooper part 9 Asherton (Johan) ;

Bad Company ("Bad Co", 1974) Balaam And The Angel BangBlackfire — Black Pearl — Blodwyn Pig — Blue Ash ("No More No Less", 1973) — Bohemian Rhapsody (biopic, rock et cinéma) — Buzzcocks ;

CactusCaptain Beyond — Cheap Trick ("Cheap Trick", 1977)  ;

Del Fuegos (The) — Del Lords (The)

El Khatib (Hanni)

Fat ("Fat", 1970) FFSFleetwood Mac (1/2) — Fleetwood Mac (2/2) ;

Ginhouse (Ginhouse, 1971) Gods (The) ;

Hawkins (Taylor) & The Coattail RidersHearts And Minds ("Hearts And Minds", 1990) Hoodoo Gurus ;

Kak (Kak, 1969) ;

Langhorne Slim "Be Set Free", 2009) Little Bob ("Lost Territories", 1993) London Cowboys ;

Marriott (Steve) (1/2)Marriott (Steve) (2/2) — Mathe (Patrick) — McFadden (Eric)Midnight Oil part 1Midnight Oil part 2 — Midnight Oil part 3 — Midnight Oil part 4  Moore (Gary) (Blues For Greeny, 1995) ; Mother Tongue ("Mother Tongue", 1994)

New York Dolls ("New York Dolls", 1973) ;

Peer Günt — Presidents Of The United States Of America (The) ;

Rainmakers (The) "Skin" (1996) — Rave-Ups (The) Reed (Lou) ;

Sheriff (Les)Sixteen Horsepower — Smithereens (The) — Spedding (Chris) — Springsteen (Bruce) (The Ghost Of Tom Joad, 1995) ; — Sixteen Horsepower  

Taylor (Roger) (1/2)Taylor (Roger) (2/2)

Unforgiven (The) ("The Unforgiven", 1986) ;

Variations (Nador, 1969) ; 

Zappa (Frank) part 1 Zappa (Frank) part 2 Zappa (Frank) part 3 Zappa (Frank) part 4 — Zappa (Frank) part 5 Zappa (Frank) part 6 

 

À lire et écouter ces prochains jours :

Wild Turkey (19/12), Midnight Oil part 5 (20/12 )…Sam Gopal (23/12), Led Zeppelin (24-28/12)

 

À suivre (par ordre alphabétique, mais dans le désordre d'arrivée —et entre autres) ces prochaines semaines (et mois !!!) :

Adam & The Ants, The Angels (AUS), Art, Atomic Rooster…

Balaam and the Angel, Be-Bop Deluxe, Big Country, Blue Cheer, BoDeans, Brodie (Dan), Buffalo, Bull Angus…

The Cars, Cave (Nick), The Celibate Rifles, The Chameleons (UK), The Churchills, Concrete Blonde, The Cramps…

Dictators, Died Pretty, Dirty Ray, DMZ, Dramarama…

54.40, Fixed Up, Free, Freedom, Frijid Pink…

Georgia Satellites, Golden Smog, Grand Funk Railroad, Granicus, Grant-Lee Buffalo, The Greatest Show On Earth, Green On Red, Guadalcanal Diary, Gun (60's)…

Hanoi Rocks, Harvey (Alex), Hawkwind, Hell's Kitchen, Hiatt (John), High Tide, The Hitmen, Hooters, Husker Du…

Idle Race, Immaculate Fools…

The Jam, Jason & The Scorchers, Jellybread, Jeronimo, Jesus Volt, The J. Geils Band, The Johnnys, Josefus, Juicy Lucy… 

Kashmir (Danemark), Kid Pharaon…

Louie & The Lovers…

Masters Apprentices, McMurty (James), Modern Lovers, Mother Superior, The Move, Mungo Jerry, Music Machine…

Omar & The Howlers, The Only Ones…

Patto, Pink Fairies, The Primevals, Prince, The Proclaimers…

Quill…

The Rainmakers, Todd Rundgren…

Joe Satriani, Sharks, Shoulders, Silencers, Slade, Smack, Steamhammer, Stems, Stewart (Rod), Stray…

Television, Tempest, Ten Years After, Les Thugs, T.I.M.E, Titanic, Toe Fat, T2, Tucky Buzzard, TV Smith…

UFO…

The Wallflowers, Webb Wilder, Wire Train, Steve Wynn…

The Yayhoos, Young (Neil)…

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

VIETNAM "VIETNAM" (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO

03/03/2019

1/10
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives