© 2019 Radio Perfecto | vie privée

ALICE COOPER PART 8 (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO)

14/12/2018

Chapitre 8 — Retour en forme, retour au gigantisme… 

Après une période un peu floue, pendant laquelle Alice divorce de sa femme puis se réconcilie ; pendant laquelle aussi est évoqué à maintes reprises un Welcome to my Nightmare 2  ; pendant laquelle, enfin, il travaille longuement avec Joe Perry, en disgrâce d’Aerosmith, puis avec Andy McCoy, lui-même parti (évincé ?) d’Hanoï Rocks ; Alice revient en grande forme, définitivement sobre et guéri à l’automne 86, avec l’album Constrictor (assez moyen, par contre).

 

Liens pour les sept premières parties tout en bas de la page.

 

C’est désormais une machine à tubes, bien huilée, bien ciblée, mais ce que l’on gagne d’un côté, on le perd de l’autre. Les quatre disques qui suivent sont efficaces, certes, mais sans saveur, sans âme. Constrictor, après nous avoir fait frémir suite à la publication en éclaireur d’une version synthétique de « He’s back », est un disque de hard rock bas du front, mis en boite (comme le suivant) avec le plus improbable des guitaristes, Kane Roberts, sorte de Rambo de la gratte. Ridicule. L’année suivante, Raison your Fist and Yell (octobre 87) passe la seconde, résolument plus heavy encore, mais ne décolle que rarement de son hard de pacotille pour teenager américain. 

 

Du premier, on ne retiendra pas grand-chose pour ne pas dire rien, même avec la plus grande des indulgences, du second le final composé de « Gail » (surtout, 2 minutes 30 de pur bonheur) et « Roses on White Lace » (un peu moins, mais les deux font la pair, alors…), mais revoir Alice Cooper sur scène avec autant de pêche et de panache, même avec un tel groupe de branquignols, fût quand même l’une des meilleures nouvelles de cette seconde partie des années 80.

 

Nouveau changement de label, avec Epic qui va orchestrer deux super-productions de bubblegum scary heavy pop rock. C’est propre, les morceaux ont été écrits, réécrits, pensés, polis, calibrés, re-calibrés, re-polis… C’est produit par Desmond Child (le king du hard FM d’alors) puis Peter Collins (qui rêvait sans doute de devenir king du hard FM d’alors à la place du king du, etc.), constellé d’invités prestigieux, mais, franchement, même avec la plus persistante des nostalgies, ça ne peut que nous en toucher une sans faire bouger l’autre. Ce qui n’empêche pas Alice de s’installer durablement en radio, enchaînant les tubes. « Poison », « House Of Fire » et « Only my Heart Talkin’ » pour Trash (juillet 89) ; « Hey Stoopid », « Feed my Frankenstein » ou « Love’s Loaded Gun » pour Hey Stoopid (juillet 91). 

 

Et puis, sursaut d’humilité ou que sais-je, mais un nouveau miracle se produit enfin avec l’album The Last Temptation (juin 94, par ailleurs disponible en trois comics signés Dave McKean —qui est aussi l’auteur de la pochette—, dont le premier était disponible avec le tirage initial de l’album), un concept album construit aux forceps, prenant, haletant, intelligent surtout. L’entourage de Cooper avait-il décidé que son public avait grandi ? La question reste d’actualité, mais importe peu finalement, le résultat étant enfin à la hauteur des espoirs de ceux qui rêvaient de voir notre « master of horrors » concilier gros riffs et textes bétons et laisser un peu de côté le grand-guignol crétin aussi prévisible que répétitif. 

 

L’album (dont le nom de travail était Along Came a Spider, qu'Alice réutilisera, cette fois-ci pour de bon, une quinzaine d'années plus tard) compte trois producteurs (dont essentiellement Andy Wallace) et autant de lieux de villégiature, mais reste d’une densité et d’une cohérence sans faille. Il raconte l’histoire d’un démon-araignée tentant d’emprisonner un enfant innocent, avec de vrais morceaux de tentation dedans, et autant de délivrance (rédemption ?). Si tout ceci vous dit quelque chose, c’est parce que c’est dans les vieux fantasmes qu’on fait les meilleurs albums, c’est bien connu !… 

 

Le récit a été imaginé avec Neil Gaiman, qui signe donc le scénario des comics, et les morceaux ont bénéficié de l’apport de gens comme Chris Cornell de Soundgarden (qu’on entend aussi sur deux titres) ou encore Tommy Shaw et Jack Blades des Damn Yankees. Les nappes de claviers ont laissé place à quelques guitares acoustiques et les riffs demeurent tranchants comme jamais. Alice, lui, n’a jamais aussi bien chanté !… Le format radio est également mis en exergue, la plupart des morceaux tutoyant ou dépassant les cinq minutes, dont l’excellent epic « Cleansed by Fire ». À noter que la première édition japonaise propose dans un double boitier sept morceaux live enregistrés à New York en 91, lors du « Hey Stoopid tour »

 

Curieusement, alors que c’est son premier concept-album solide depuis From The Inside, Alice Cooper ne tourne pas pour promouvoir The Last Temptation, change à nouveau de label, et sort un album live, le premier depuis le Alice Cooper Show de triste mémoire, deux décennies plus tôt. A Fistful of Alice (juin ou juillet 97, suivant les territoires) a été enregistré le 2 juin 96 pour l’ouverture du club Cabo Wabo (de Sammy Hagar), c’est le premier enregistrement où l’on retrouve Ryan Roxie à la guitare, en plus de quelques invités de haut vol : Slash, Rob Zombie et bien sûr le maître des lieux, Sammy Hagar (à noter que Steve Vai, Joe Satriani et Joey Ramone, invités également, ne sont jamais venus).

 

Trois versions de l’album existe, la version américaine comprenant treize titres live plus l’inédit studio (et très bon) « Is Anyone Home ? », la version européenne avec trois titres live supplémentaires (« Under my Wheels », « No more Mr Nice Guy » et « Billion Dollar Babies », excusez du peu !), et enfin la version japonaise qui en compte encore deux de plus (« Bed of Nails » et… « Clones » !!!)… Le disque (version US malheureusement) a été ressorti plus tard par EMI (2005) sous le nom de Live at Cabo Wabo, agrémenté d’une pochette assez affreuse. 

 

Christophe Goffette

www.goofprod.com

 

 

 

DISCOGRAPHIE ALICE COOPER GROUP / ALICE COOPER (1969-1994)  :

 

Pretties for you (Straight, 1969) **

Easy Action (Straight, 1970) ***

Love it to Death (Straight/Warner, 1971) ***** — À ÉCOUTER EN PRIORITÉ

Killer (Warner, 1971) ****1/2

School’s Out (Warner, 1972) ****1/2

Billion Dollar Babies (Warner, 1973) ***** — À ÉCOUTER EN PRIORITÉ

Welcome To My Nightmare (Atlantic, 1975) ****1/2

Alice Cooper Goes to Hell (Warner, 1976) ****

Lace and Whiskey (Warner, 1977) ***1/2

From The Inside (Warner, 1978) ****

Flush The Fashion (Warner, 1980) ***1/2

Special Forces (Warner, 1981) ***

Zipper Catches Skin (Warner, 1982) ***1/2

Dada (Warner, 1983) **** — À DÉCOUVRIR !

Constrictor (MCA, 1986) *1/2

Raise your fist and Yell (MCA, 1987) **

Trash (Epic, 1989) **

Hey Stoopid (Epic, 1991) **

The Last Temptation (Epic, 1994) ****

A Fistful Of Alice (Guardian, 1996) ***

 

 

LA SÉLECTION DU GOOF   :

  1. Alice Cooper « Lost In America » (The Last Temptation, 1994)

  2. Alice Cooper « Stolen Prayer » (The Last Temptation, 1994)

  3. Alice Cooper « Gail » + « Roses On White Lace » (Raise Your Fist And Yell, 1987)

  4. Alice Cooper « I’m Your Gun » (Trash, 1989)

  5. Alice Cooper « Hey Stoopid » (Hey Stoopid, 1991)

  6. Alice Cooper « The World Needs Guts » (Constrictor, 1986)

  7. Alice Cooper « Cleansed By Fire » (The Last Temptation, 1994)

  8. Alice Cooper « Trash » (Trash, 1989)

  9. Alice Cooper « Sideshow » (The Last Temptation, 1994)

  10. Alice Cooper « Wind-Up Toy » (Hey Stoopid, 1991)

 

Déjà paru :

Alice Cooper part 1 — Alice Cooper part 2 — Alice Cooper part 3 — Alice Cooper part 4 — Alice Cooper part 5 — Alice Cooper part 6Alice Cooper part 7 Asherton (Johan) ;

Bad Company ("Bad Co", 1974) Balaam And The Angel BangBlackfire — Black Pearl — Blodwyn Pig — Blue Ash ("No More No Less", 1973) — Bohemian Rhapsody (biopic, rock et cinéma) — Buzzcocks ;

CactusCaptain Beyond — Cheap Trick ("Cheap Trick", 1977)  ;

Del Fuegos (The) — Del Lords (The)

El Khatib (Hanni)

Fat ("Fat", 1970) FFSFleetwood Mac (1/2) — Fleetwood Mac (2/2) ;

Ginhouse (Ginhouse, 1971) Gods (The) ;

Hawkins (Taylor) & The Coattail RidersHearts And Minds ("Hearts And Minds", 1990) Hoodoo Gurus ;

Kak (Kak, 1969) ;

Langhorne Slim "Be Set Free", 2009) Little Bob ("Lost Territories", 1993) London Cowboys ;

Marriott (Steve) (1/2)Marriott (Steve) (2/2) — Mathe (Patrick) — McFadden (Eric)Midnight Oil part 1Midnight Oil part 2 — Midnight Oil part 3 — Midnight Oil part 4  Moore (Gary) (Blues For Greeny, 1995) ; Mother Tongue ("Mother Tongue", 1994)

New York Dolls ("New York Dolls", 1973) ;

Peer Günt — Presidents Of The United States Of America (The) ;

Rainmakers (The) "Skin" (1996) — Rave-Ups (The) Reed (Lou) ;

Sheriff (Les)Smithereens (The) — Spedding (Chris) ;

Taylor (Roger) (1/2)Taylor (Roger) (2/2)

Unforgiven (The) ("The Unforgiven", 1986) ;

Variations (Nador, 1969) ; 

Zappa (Frank) part 1 Zappa (Frank) part 2 Zappa (Frank) part 3 Zappa (Frank) part 4 — Zappa (Frank) part 5 Zappa (Frank) part 6 

 

À lire et écouter ces prochains jours :

Alice Cooper part 8 (14/12 )… Sam Gopal (16/12), Wild Turkey (17/12), Midnight Oil part 5 (18/12 )… Led Zeppelin (24-28/12)

 

À suivre (par ordre alphabétique, mais dans le désordre d'arrivée —et entre autres) ces prochaines semaines (et mois !!!) :

Adam & The Ants, The Angels (AUS), Art, Atomic Rooster…

Balaam and the Angel, Be-Bop Deluxe, Big Country, Blue Cheer, BoDeans, Brodie (Dan), Buffalo, Bull Angus…

The Cars, Cave (Nick), The Celibate Rifles, The Chameleons (UK), The Churchills, Concrete Blonde, The Cramps…

Dictators, Died Pretty, Dirty Ray, DMZ, Dramarama…

54.40, Fixed Up, Free, Freedom, Frijid Pink…

Georgia Satellites, Golden Smog, Grand Funk Railroad, Granicus, Grant-Lee Buffalo, The Greatest Show On Earth, Green On Red, Guadalcanal Diary, Gun (60's)…

Hanoi Rocks, Harvey (Alex), Hawkwind, Hell's Kitchen, Hiatt (John), High Tide, The Hitmen, Hooters, Husker Du…

Idle Race, Immaculate Fools…

The Jam, Jason & The Scorchers, Jellybread, Jeronimo, Jesus Volt, The J. Geils Band, The Johnnys, Josefus, Juicy Lucy… 

Kashmir (Danemark), Kid Pharaon…

Louie & The Lovers…

Masters Apprentices, McMurty (James), Modern Lovers, Mother Superior, The Move, Mungo Jerry, Music Machine…

Omar & The Howlers, The Only Ones…

Patto, Pink Fairies, The Primevals, Prince, The Proclaimers…

Quill…

The Rainmakers, Todd Rundgren…

Joe Satriani, Sharks, Shoulders, Silencers, Slade, Smack, Steamhammer, Stems, Stray…

Television, Tempest, Ten Years After, Les Thugs, T.I.M.E, Titanic, Toe Fat, T2, Tucky Buzzard, TV Smith…

UFO…

The Wallflowers, Webb Wilder, Wire Train, Steve Wynn…

The Yayhoos, Young (Neil)…

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

VIETNAM "VIETNAM" (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO

03/03/2019

1/10
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives