© 2019 Radio Perfecto | vie privée

THE RAINMAKERS "SKIN" (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO)

09/12/2018

Milieu des années 80… Tandis que les shadoks britons new wavaient et new wavaient, que nous autres frenchies ne savions plus trop à quelle enceinte nous (dé)vouer (des pèdes moches ? bites qui bronzent ? Pire…), que notre presse nationale en perdait ses petits un à un ; les Américains, de leur côté, laissaient naître quelques-uns de leurs plus beaux ovnis, souvent pas loin des habituels rangements roots de rigueur (blues, folk, country), mais toujours suffisamment en marge pour dérouter le puriste borné et titiller les plus ouverts d’esprit. 

 

Ainsi débutaient notamment les frétillantes aventures country punk de Jason & The Scorchers, les bondieuseries admirablement dégénérées et totalement délirantes des Violent Femmes, les corrosifs et cinglants Green On Red, la noirceur virevoltante et rarement égalée du Gun Club ou encore le cas qui nous intéresse présentement : The Rainmakers

 

Leur premier album, éponyme, était une merveille proche de la perfection. Bonnes dégaines, guitares qui claquent, textes incroyablement jubilatoires et la gouaille unique d’un certain Bob Walkenhorst, compositeur hors pair (il signe la quasi-intégralité de l’album) doublé d’un organe totalement ébouriffant. 

 

Le groupe a bonne presse, tourne sans relâche (virée mémorable au Rex-Club, que ceux qui étaient présents se joignent à moi pour former un club !), mais la sauce ne prend pas auprès du grand public, le Walkenhorst étant plutôt grande gueule. 

 

1987, un an seulement après le premier album sort Tornado, pétri des mêmes bonnes intentions, produit de façon un peu trop exubérante par un Terry Manning pourtant déjà crédité pour le jet originel (la version studio de “I Talk With My Hands” est assez exécrable), mais bourré de sublimes chansons (“Small Circles”, “Snakedance”, “The Lakeview Man”) qui font le bonheur de la nouvelle tournée (second Rex Club, je faisais une fois de plus partie des veinards, les rangs se resserrent !). 

 

Et puis, le ton monte entre les Rainmakers et Mercury, leur label. Visiblement, les premiers ont fait plus de concessions que les seconds pour l’enregistrement de Tornado et la tension est à son paroxysme au moment de la mise en boite du troisième album, The Good News & The Bad News

 

Ô miracle, le résultat est sublime, avec un disque plus ancré dans une tradition roots, principalement au niveau des sonorités et des guitares tout particulièrement (“Reckoning Man", qui ouvre les  hostilités, ou encore “Knock On Wood” et “Wild Oats”). 

 

Malheureusement, les mauvaises nouvelles du titre, c’est la dissolution pure et simple du groupe, juste après. Planait alors un sale goût d’inachevé avec trois albums studio sur une major qui, apparemment, n’appréciait pas particulièrement la grande gueule de Bob Walkenhorst, ni les trois zozos qui acquiesçaient derrière, solidaires comme un seul homme. 

 

Et puis aussi deux albums live pas tout à fait officiels, un promo enregistré dans un club de San Francisco en 88 et un autre sorti uniquement en Norvège et enregistré à Oslo et au Kansas en 89 et 90 (superbe version de “Drinking On The Job” de près de neuf minutes). 

 

Et puis, voici une grosse quinzaine d'années, au hasard d’internet, un site sur le groupe et la découverte coup sur coup de deux albums studio faisant suite à une très discrète reformation : Flirting With Disaster, uniquement disponible en Norvège (décidément !) et ce Skin, sublime disque autoproduit en 1996 et dernier ouvrage des quatre faiseurs de pluie, avant un nouveau split et un come-back plus récent (avec trois albums, d'un très bon niveau général, sortis entre 2011 et 1015). 

 

Faiseurs de larmes devrait-on dire tant la mélancolie qui s’en dégage est entêtante. Les guitares sont toujours là, à l’unisson (“Different Rub”), l’indéniable talent d’écriture de Walkenhorst également (physiquement le seul à ne pas avoir trop souffert des affres du temps), mais il y a un évident désir de proximité qui touche comme jamais le groupe nous avait touché. Ainsi défile ce si bien nommé Skin, entre rugosité des textures, limpidité des mélodies, pertinence des lyrics et magie de retrouver l’un des groupes les plus intéressants d’une époque quelque peu révolue. 

 

Au cœur de cette plénitude retrouvée, sans pression extérieure ni même intérieure, sans doute le plus beau —mais aussi le plus simple— des titres jamais enregistrés par les quatre, “Tattoo” qui, par son intelligence et sa sobriété, file des frissons auto-régénérants et mettra bien des semaines, des mois, voire des années pour les plus accros, à se déloger de votre petit bulbe rachidien. Un grand disque donc, très rare également (dans tous les sens du terme, bonne chasse !), à préserver comme tel…

 

 

Christophe Goffette

www.goofprod.com

 

 

LA SÉLECTION DU GOOF   :

  1. The Rainmakers « Rockin’ At The T-Dance » (The Rainmakers, 1986)

  2. The Rainmakers « Let My People Go-Go » (The Rainmakers, 1986)

  3. The Rainmakers « Tornado Of Love » (Tornado, 1987)

  4. The Rainmakers « Small Circles » (Tornado, 1987)

  5. The Rainmakers « Reckoning Day » (The Good News And The Bad News, 1989)

  6. The Rainmakers « Different Rub » (Skin, 1996)

  7. The Rainmakers « Eclipse Has Begun » (Skin, 1996)

  8. The Rainmakers « Too Many Twenties » (Skin, 1996)

  9. The Rainmakers « Tattoo » (Skin, 1996)

  10. The Rainmakers « Good Sons And Daughters » (Skin, 1996)

 

Déjà paru :

Alice Cooper part 1 — Alice Cooper part 2 — Alice Cooper part 3 — Alice Cooper part 4 — Alice Cooper part 5 — Asherton (Johan) ;

Bad Company ("Bad Co", 1974) Balaam And The Angel BangBlackfire — Black Pearl — Blodwyn Pig — Blue Ash ("No More No Less", 1973) — Bohemian Rhapsody (biopic, rock et cinéma) ;

CactusCaptain Beyond — Cheap Trick ("Cheap Trick", 1977)  ;

Del Fuegos (The) — Del Lords (The)

El Khatib (Hanni)

Fat ("Fat", 1970) FFSFleetwood Mac (1/2) — Fleetwood Mac (2/2) ;

Ginhouse (Ginhouse, 1971) Gods (The) ;

Hawkins (Taylor) & The Coattail RidersHearts And Minds ("Hearts And Minds", 1990) Hoodoo Gurus ;

Kak (Kak, 1969) ;

Langhorne Slim "Be Set Free", 2009) Little Bob ("Lost Territories", 1993) London Cowboys ;

Marriott (Steve) (1/2)Marriott (Steve) (2/2) — Mathe (Patrick) — McFadden (Eric)Midnight Oil part 1Midnight Oil part 2 — Midnight Oil part 3 — Midnight Oil part 4  Moore (Gary) (Blues For Greeny, 1995) ; Mother Tongue ("Mother Tongue", 1994)

New York Dolls ("New York Dolls", 1973) ;

Peer Günt — Presidents Of The United States Of America (The) ;

Rave-Ups (The) Reed (Lou) ;

Sheriff (Les)Smithereens (The) — Spedding (Chris) ;

Taylor (Roger) (1/2)Taylor (Roger) (2/2)

Unforgiven (The) ("The Unforgiven", 1986) ;

Variations (Nador, 1969) ; 

Zappa (Frank) part 1 Zappa (Frank) part 2 Zappa (Frank) part 3 Zappa (Frank) part 4 — Zappa (Frank) part 5 Zappa (Frank) part 6 

 

À lire et écouter ces prochains jours :

Midnight Oil (04/12 au 08/12 inclus !), Sam Gopal (09/12), Wild Turkey (10/12)… 

 

À suivre (par ordre alphabétique, mais dans le désordre d'arrivée —et entre autres) ces prochaines semaines (et mois !!!) :

Adam & The Ants, The Angels (AUS), Art, Atomic Rooster…

Balaam and the Angel, Be-Bop Deluxe, Big Country, Blue Cheer, BoDeans, Brodie (Dan), Buffalo, Bull Angus…

The Cars, Cave (Nick), The Celibate Rifles, The Chameleons (UK), The Churchills, Concrete Blonde, The Cramps…

Dictators, Died Pretty, Dirty Ray, DMZ, Dramarama…

54.40, Fixed Up, Free, Freedom, Frijid Pink…

Georgia Satellites, Golden Smog, Grand Funk Railroad, Granicus, Grant-Lee Buffalo, The Greatest Show On Earth, Green On Red, Guadalcanal Diary, Gun (60's)…

Hanoi Rocks, Harvey (Alex), Hawkwind, Hell's Kitchen, Hiatt (John), High Tide, The Hitmen, Hooters, Husker Du…

Idle Race, Immaculate Fools…

The Jam, Jason & The Scorchers, Jellybread, Jeronimo, Jesus Volt, The J. Geils Band, The Johnnys, Josefus, Juicy Lucy… 

Kashmir (Danemark), Kid Pharaon…

Louie & The Lovers…

Masters Apprentices, McMurty (James), Modern Lovers, Mother Superior, The Move, Mungo Jerry, Music Machine…

Omar & The Howlers, The Only Ones…

Patto, Pink Fairies, The Primevals, Prince, The Proclaimers…

Quill…

The Rainmakers, Todd Rundgren…

Joe Satriani, Sharks, Shoulders, Silencers, Slade, Smack, Steamhammer, Stems, Stray…

Television, Tempest, Ten Years After, Les Thugs, T.I.M.E, Titanic, Toe Fat, T2, Tucky Buzzard, TV Smith…

UFO…

The Wallflowers, Webb Wilder, Wire Train, World Party, Steve Wynn…

The Yayhoos, Young (Neil)…

 

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

VIETNAM "VIETNAM" (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO

03/03/2019

1/10
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

RSS Feed