© 2019 Radio Perfecto | vie privée

THE SMITHEREENS (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO)

30/10/2018

D'aucuns estiment que les années 80 représentent la première décennie faible en matière de nouveauté, originalité, ouverture et prise de risques, dans le monde du rock s'entend (qu'il roule ou pas). Mais c'est se focaliser sur la forêt (n'oublions pas que c'est d'abord la décennie qui a marqué l'industrialisation du marché du disque, et accessoirement les débuts du format Compact Disc) cachant quelques arbustes pourtant robustes et autres jolies pousses (—toi de là que je te décolle les tympans à coups de riffs & larsen !). 

 

Car en réalité, c'est bien l'inverse qui s'est produit, sauf que le public, englué dans la guimauve déversée 24 heures sur 24 par les MTV et consorts, n'en aura cure. Et pour cause, la plupart de ces groupes pourtant recommandables peineront à se faire entendre et, souvent, ne feront que trois petits tours et puis s'en iront. 

 

Ça n'est pas le cas des Smithereens, dont les débuts officiels (et le premier EP) remontent à mars 1980 et qui existent toujours, malgré la récente disparition (fin 2017) de leur voix, tête pensante —et un peu leader par défaut : Pat DiNizio. Des Smithereens qui ont toujours eu pour adage ce pluriel bien singulier consistant à demeurer sans concession($). 

 

Pas de velléités techno-presse-boutons ou de l'autre côté du spectre sonique de Greencorethrashmachintruc chez eux, non, mais la mise en branle d'éléments tous reconnaissables entre mille et, à savoir pêle-mêle des mélodies pop mais musclées, des structures couplet-refrain-couplet-etc. ayant déjà fait leurs preuves depuis les années 50, sans oublier des riffs toujours tranchants et jamais impérieux, une paire basse-batterie qu'on pourrait volontiers comparer à une doublette truelle-parpaing tant elle vous décornerait un bœuf sans sourciller (c'est un peu la partouze des métaphores aujourd'hui, mais le mardi tout est permis !), et une voix qui apporte toute sa singularité —mais aussi son ciment, pour en rester sur les analogies au BTP— à un ensemble qui n'en manque déjà pas. 

 

Dès ses débuts, notamment discographiques, le groupe du New Jersey, ne cache en rien ses principales sources d'inspiration (un axe Beach Boys-Beatles-Buddy Holly, pour faire simple et court) et y reviendra même dans un second temps, en publiant à partir de 2007 deux albums de reprises des Beatles (Meet The Smithereens ! où ils reprennent intégralement l'album Meet The Beatles !, qui était le premier des Fab Four à paraître sur le territoire nord-américain ; puis B-Sides The Beatles, une collection de reprises de morceaux plus rares), un autre où ils s'approprient les meilleurs moments de Tommy des Who

 

Ce tour d'horizon sélectif a été complété en 2018 par la sortie d'une compilation appelée fort justement Covers (mais où vont-ils chercher tout ça ?) et reprenant 22 reprises faites par les Smithereens, pour des faces B, des tribute albums, etc., et où on peut les entendre magnifier des classiques comme "Wooly Bully" (Sam The Sham And The Pharaohs), "Downbown Train" (Springsteen), "Shakin' All Over" (The Pirates), "Lust For Life" (Iggy Pop) ou le plus rare (et superbe) "Rosie Won't You Please Come Home" des Kinks.

 

Mais cette longue liste d'hommages ne doit pas non plus vous dérouter de l'essentiel, à savoir que The Smithereens est un groupe qui a développé, travaillé et affûté sans relâche son propre univers sonore, le peaufinant, album après album, tournée après tournée (ils accompagnent le légendaire Otis Blackwell —oui, l'auteur de "Great Balls Of Fire" et autres "Don't Be Cruel", pendant plusieurs mois de 1983, faisant ainsi leurs gammes pour les 35 ans à venir —et ça n'est pas fini !), jusqu'à devenir une véritable machine de guerre, dans le bon sens du terme (si tant est qu'il puisse y avoir un bon sens pour une machine de guerre !). 

 

Tout ceci pour en venir au fait que The Smithereens, s'il a consacré une partie de sa carrière à reprendre d'autres artistes autrement plus renommés, est un groupe qui mérite largement sa place au milieu de ces "grands", tant sa stature est elle-même gigantesque ! 

 

Christophe Goffette

www.goofprod.com

 

DISCOGRAPHIE   :

 

Girls About Town (EP, 1980) **1/2

Beauty And Sadness (EP, 1983) ***1/2

Especially For You (1986) ****

— Green Thoughts (1988) ****1/2 — À ÉCOUTER EN PRIORITÉ

Live (1988) ***1/2

11 (1989) ****1/2

Blow Up (1991) ****

A Date With The Smithereens (1994) **** 

Attack Of The Smithereens (Compilation, 1995) **** 

God Save The Smithereens (1999) ***

From Jersey It Came! The Smithereens Anthology (Compilation, 2004) ***1/2

Extended Versions (Live, 2006) **1/2

Meet The Smithereens ! (2007) ***

Christmas With The Smithereens (2007) **1/2

B Sides The Beatles (2008) **1/2

Live In Concert ! (2008) ***

The Smithereens Play Tommy (2009) ***1/2

2011 (2011) ***1/2

Covers (2018) ***

 

LA SÉLECTION DU GOOF  :

  1. The Smithereens « Only A Memory » + « House We Used To Live In » (Green Thoughts, 1988)

  2. The Smithereens « A Girl Like You » (11, 1989)

  3. The Smithereens « Miles From Nowhere » (A Date With The Smithereens, 1994)

  4. The Smithereens « Lust For Life » (face B du single "Only A Memory", 1988) + « Shakin’ All Over » (face B du single "Top Of The Pops", 1991)

  5. The Smithereens « Top Of The Pops » (Blow Up, 1991)

  6. The Smithereens « We’re Not Gonna Take It—See Me Feel Me—Listening To You » (The Smithereens Play Tommy, 2009)

  7. The Smithereens « I Wanna Hold Your Hand » + « All My Loving » (Meet The Smithereens !, 2007)

  8. The Smithereens « Blood And Roses » (Especially for You, 1986)

  9. The Smithereens « You Really Got Me » (live, avec les Kinks) (Attack Of The Smithereens, 1997)

  10. The Smithereens « Elaine » + « Green Thoughts » (Green Thoughts, 1988)

 

Déjà paru :

BangBlodwyn Pig — Blue Ash ("No More No Less", 1973) ;

CactusCaptain Beyond — Cheap Trick ("Cheap Trick", 1977)  ;

Del Fuegos (The) — Del Lords (The)

Fleetwood Mac (1/2) — Fleetwood Mac (2/2) ;

Hawkins (Taylor) & The Coattail Riders Hoodoo Gurus ;

Kak (Kak, 1969) ;

London Cowboys ;

Marriott (Steve) (1/2)Marriott (Steve) (2/2) — Moore (Gary) (Blues For Greeny, 1995) ; Mother Tongue ("Mother Tongue", 1994)

Peer Günt ;

Reed (Lou) ;

Sheriff (Les) — Spedding (Chris)

 

À lire et écouter ces prochains jours :

"Bohemian Rhapsody" (film)—Queen (31/10), Black Pearl (01/11), The Gods (02/11), "Nador" des Variations (03/11), "Ginhouse" de Ginhouse (04/11), The Rave-Ups (05/11), Blackfire—"Rumble, The Indians That Rocked The World" (film) (06/11), Roger Taylor (Queen) (07/11), Brian May (Queen) (08/11), Eric McFadden (09/11), "Lost Territories" de Little Bob (10/11), "The Unforgiven" de The Unforgiven (11/11), Alice Cooper (12 au 16/11 inclus !), "The Rise And Fall Of Ziggy Stardust And The Spiders From Mars" de David Bowie (17/11), "Hearts & Minds" de Hearts & Minds (18/11), Wild Turkey (19/11), FFS (Franz Ferdinand + Sparks) (20/11), …

 

À suivre (par ordre alphabétique, mais dans le désordre d'arrivée —et entre autres) ces prochaines semaines (et mois !!!) :

Adam & The Ants, The Angels (AUS), Art, Asherton (Johan), Atomic Rooster…

Balaam and the Angel, Be-Bop Deluxe, Big Country, Blue Cheer, BoDeans, Brodie (Dan), Buffalo, Bull Angus…

The Cars, Cave (Nick), The Celibate Rifles, The Chameleons (UK), The Churchills, Concrete Blonde, The Cramps…

Dictators, Died Pretty, Dirty Ray, DMZ, Dramarama…

54.40, Fixed Up, Free, Freedom, Frijid Pink…

Georgia Satellites, Golden Smog, Grand Funk Railroad, Granicus, Grant-Lee Buffalo, The Greatest Show On Earth, Green On Red, Guadalcanal Diary, Gun (60's)…

Hanoi Rocks, Harvey (Alex), Hawkwind, Hell's Kitchen, Hiatt (John), High Tide, The Hitmen, Hooters, Husker Du…

Idle Race, Immaculate Fools…

The Jam, Jason & The Scorchers, Jellybread, Jeronimo, Jesus Volt, The J. Geils Band, The Johnnys, Josefus, Juicy Lucy… 

Kashmir (Danemark), Kid Pharaon…

Louie & The Lovers…

Masters Apprentices, McMurty (James), Modern Lovers, Mother Superior, The Move, Mungo Jerry, Music Machine…

Omar & The Howlers, The Only Ones…

Patto, Pink Fairies, The Primevals, Prince, The Proclaimers…

Quill…

The Rainmakers, Todd Rundgren…

Sam Gopal, Joe Satriani, Sharks, Shoulders, Silencers, Slade, Smack, Steamhammer, Stems, Stray…

Television, Tempest, Ten Years After, Les Thugs, T.I.M.E, Titanic, Toe Fat, T2, Tucky Buzzard, TV Smith…

UFO…

The Wallflowers, Webb Wilder, Wire Train, World Party, Steve Wynn…

The Yayhoos, Young (Neil)…

Frank Zappa…

 

À venir également sur Radio Perfecto :

— 10/11 : retransmission du concert de Little Bob & The Blues Bastards depuis le Magic Mirrors du Havre.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

VIETNAM "VIETNAM" (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO

03/03/2019

1/10
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

RSS Feed