© 2019 Radio Perfecto | vie privée

CAPTAIN BEYOND (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO)

29/10/2018

Captain Beyond est un groupe transatlantique, transversal et transcendantal, qui fut formé de musiciens anglais et américains et qui pratiquait une musique jamais entendue au moment de son éclosion (1971, avec un premier album disponible dès l'année suivante), à savoir les collisions azimutées et échevelées du hard rock naissant, d'un rock progressif et un brin expérimental où tout restait encore à inventer ; d'un rock psychédélique haut en couleurs qui, justement, reprenait un peu de couleurs sous leurs assauts soniques au pied (de micro) levé, et tout en riffs hi fi ; et avec même pour la fine bouche et les oreilles affûtées qui vont bien avec, des relents de southern rock et un vague écho du stoner rock en devenir.

 

Du premier split d'Iron Butterfly étaient issus le bassiste Lee Dorman, ainsi que le guitariste Larry Reinhardt, dont le surnom était "El Rhino" —et on ne se demande pourquoi que lorsqu'on ne l'a jamais entendu se défouler sur son instrument ! Bobby Caldwell, le batteur, avait été entendu du côté de Johnny Winter —et sera aussi plus tard de l'aventure Armageddon (un autre groupe étincelant de la première partie des seventies), aux côtés de Keith Relf des Yardbirds et de Renaissance

 

Quant à Rod Evans, il fut le chanteur de Deep Purple sur leurs trois premiers albums studio, jusqu'à ce que Paice, Lord et Blackmore le virent sans préavis, car jugeant sa voix trop pop par rapport au virage hard rock que le groupe était en train de prendre. Oui, c'est lui qui chante sur le premier hit du groupe, "Hush", ou encore sur "April", leur premier morceau de bravoure de plus de 12 minutes ; et oui, il prouvera avec Captain Beyond sa capacité à "rocker" plus qu'à son tour… Un cinquième larron (le claviériste Lewie Gold) rejoint la troupe brièvement, mais est débarqué avant l'enregistrement du premier album, retournant à un anonymat que, de l'avis des quatre autres, il n'aurait jamais dû quitter (traduction : "he wasn't as good as gold !".)

 

Le premier album du groupe, dont il existe un pressage collector orné d'une magnifique pochette avec un artwork lenticulaire 3D (repris par ces fous de japonais pour l'édition mini LP SHM CD papersleeve miniature), est crédité aux seuls Evans et Caldwell, mais fut en réalité composé par le groupe dans sa globalité, Reinhardt et Dorman ne pouvant pas être officiellement compositeurs, pour de sombres histoires de raisons légales liées à leur contrat avec Iron Butterfly. 

 

De fait, c'est un groupe particulièrement soudé qui se présente, et qui va s'amuser à inventer son univers, totalement dédouané de tous les courants musicaux en vigueur à l'époque, avec donc des éléments de hard, de psychédélisme, de progressif, mais aussi un son de guitare très heavy blues, une pointe de space rock et des grooves tribaux et tripants, bref du tonnerre, de la sueur et de sacrés trips !…

 

Amusant d'ailleurs de connaître l'origine du nom du groupe, que l'on doit à Chris Squire du groupe Yes —et qui colle depuis lors à la carcasse du seul Reinhardt, ce qui d'ailleurs tombe bien puisqu'il est l'unique membre fondateur encore dans le groupe, car oui Captain Beyond existe toujours (après plusieurs pauses plus ou moins longues, ceci dit) !…

 

Yes et Iron Butterfly (ainsi que le très jazz rock Dada, qui deviendra plus tard Vinegar Joe) assuraient une tournée européenne commune ("The Age Of Atlantic", en janvier 71) et partageaient le même tour bus. Un jour où ils avaient un peu trop fumé la moquette, Squire s'exclama en découvrant le regard vitreux rouge sang du guitariste américain : "Goddamn, you look like Captain Beyond !". 

 

L'album récolte des critiques plutôt positives, même si beaucoup semblent s'être perdus dans leur labyrinthique mais jubilatoire melting rock pot. Malheureusement, Caldwell quitte le groupe pour rejoindre Rick Derringer, et est remplacé par l'excellent Brian Glascock, dont le parcours est aussi atypique qu'exceptionnel, de Head Machine à The Gods (bientôt dans votre encyclopédie) en passant par Toe Fat (idem). Malheureusement, le jeu de Glascock ne plaît pas au producteur choisi par la maison de disques, Giorgio Gomelsky (ancien tenancier du Crawdaddy Club dont les Rolling Stones était le "house band"), et est remplacé par Marty Rodriguez, pourtant novice en matière d'enregistrement professionnel. 

 

Se joignent rapidement au nouveau nouveau quatuor le joueur de congas Guille Garcia et le claviériste Reese Wynans (oui, celui-là même qui bien plus tard sera du Double Trouble de Stevie Ray Vaughan !), les trois nouveaux arrivants apportant aussi leur lot de changements musicaux, le second album étant plus tempéré, moins fou, avec par ailleurs quelques pointes d'un latino rock alors en vogue, Santana ayant eu successivement deux albums classés numéro 1 des ventes aux États-Unis.

 

Ces changements sont jugés trop radicaux par Evans, qui quitte le groupe juste après l'enregistrement de l'album, entraînant son split. Mais le public réclame Captain Beyond et une tournée est organisée, en 73, avec le line-up originel, après quoi Evans part pour de bon, et d'ailleurs arrête carrément sa carrière dans la musique, pour s'occuper de thérapie respiratoire dans un hôpital !… On le retrouve en 1980 à la tête d'un Deep Purple bis, accompagné d'anciens membres de Steppenwolf, mais vite bloqué par le management du "vrai" groupe, qui l'envoie devant les tribunaux et gagne la bagatelle de plus de 650.000 dollars de dommages intérêts qui ont pour conséquence que depuis lors Evans ne touche pas un centime de royalties des trois disques de Purple sur lesquels il chante. 

 

Depuis le procès, Evans a totalement disparu, au grand dam des fans de Deep Purple qui auraient bien aimé avoir des nouvelles, à défaut de pouvoir l'entendre chanter à nouveau. Dans une interview accordée en 2015, Ian Paice disait que "si quelqu'un sait où est Rod ou même s'il est encore sur cette planète, ce serait une bonne nouvelle. Nous n'avons pas eu de contact avec lui depuis la fin des 70's. Personne ne semble savoir où il est, ou même s’il est encore en vie. Aucune idée." La même année, Caldwell annonçait être toujours en contact avec lui, qu'il allait bien et qu'il avait repris son boulot de médecin depuis toutes ces années. Quand Deep Purple sera intronisé au Rock and Roll Hall Of Fame, le 8 avril 2016, il n'assistera pas à la cérémonie. 

 

Le groupe se reforme une première fois en 1976, pour quelques dates et un album très moyen, Dawn Explosion, puis disparaît complètement de 1978 à 1998, revenant ensuite par intermittence avec Bobby Caldwell et Larry Reinhardt comme seuls membres originaux, Reinhardt finissant lui aussi par raccrocher vers 2003. Un EP studio très terne est enregistré en 2000 et trois ou quatre albums live inégaux ont également vus le jour. Mais à des années-lumière des fulgurances de leurs deux premiers albums, qui restent l'un des secrets les mieux gardés et l'un des plus grands trésors cachés du début des années 70, en matière de classic rock au sens XXXXXXL.

 

Christophe Goffette

www.goofprod.com

 

DISCOGRAPHIE   :

 

— Captain Beyond (1972) ****1/2 — À ÉCOUTER EN PRIORITÉ

Sufficiently Breathless (1973) ****

Dawn Explosion (1977) ** 

Night Train Calling (EP) (2000) ** 

Live - Far Beyond A Distant Sun (2002) *** 

Live In Texas October 6, 1973 (2013) ***

Live Anthology (2013) **1/2

04.30.72 (2016) **1/2

Lost & Found 1972-1973 (2017) ***

 

 

 

LA SÉLECTION DU GOOF  :

  1. Captain Beyond « Dancing Madly Backwards » (Captain Beyond, 1972)

  2. Captain Beyond « Drifting In Space » (Sufficiently Breathless, 1973)

  3. Captain Beyond « Frozen Over » + « Thousands Days Of Yesterdays » (Captain Beyond, 1972)

  4. Captain Beyond « Armworth » + « Myopic Void » (Captain Beyond, 1972)

  5. Captain Beyond « Evil Men » (Sufficiently Breathless, 1973)

  6. Captain Beyond « Everything’s A Circle » (Sufficiently Breathless, 1973)

  7. Captain Beyond « Raging All Of Fear » (Captain Beyond, 1972)

  8. Captain Beyond « Mesmerization Eclipse » (Captain Beyond, 1972)

  9. Captain Beyond « Sufficiently Beathless » (Sufficiently Breathless, 1973)

  10. Captain Beyond « I Can’t Feel Nothin’ (part I) » + « As The Moon Speaks (To The Waves Of The Sea) » « Astral Lady » + « As The Moon Speaks (Return) » + « I Can’t Feel Nothin’ (part II) » (Captain Beyond, 1972)

 

Déjà paru :

BangBlodwyn Pig — Blue Ash ("No More No Less", 1973) ;

Cactus — Cheap Trick ("Cheap Trick", 1977)  ;

Del Fuegos (The) — Del Lords (The)

Fleetwood Mac (1/2) — Fleetwood Mac (2/2) ;

Hawkins (Taylor) & The Coattail Riders Hoodoo Gurus ;

Kak (Kak, 1969) ;

London Cowboys ;

Marriott (Steve) (1/2)Marriott (Steve) (2/2) — Moore (Gary) (Blues For Greeny, 1995) ; Mother Tongue ("Mother Tongue", 1994)

Peer Günt ;

Reed (Lou) ;

Sheriff (Les) — Spedding (Chris)

 

À lire et écouter ces prochains jours :

The Smithereens (30/10), "Bohemian Rhapsody" (film)—Queen (31/10), Black Pearl (01/11), The Gods (02/11), "Nador" des Variations (03/11), "Ginhouse" de Ginhouse (04/11), The Rave-Ups (05/11), Blackfire—"Rumble, The Indians That Rocked The World" (film) (06/11), Roger Taylor (Queen) (07/11), Brian May (Queen) (08/11), Eric McFadden (09/11), "Lost Territories" de Little Bob (10/11), "The Unforgiven" de The Unforgiven (11/11), Alice Cooper (12 au 16/11 inclus !), "The Rise And Fall Of Ziggy Stardust And The Spiders From Mars" de David Bowie (17/11), "Hearts & Minds" de Hearts & Minds (18/11), Wild Turkey (19/11), FFS (Franz Ferdinand + Sparks) (20/11), …

 

À suivre (par ordre alphabétique, mais dans le désordre d'arrivée —et entre autres) ces prochaines semaines (et mois !!!) :

Adam & The Ants, The Angels (AUS), Art, Asherton (Johan), Atomic Rooster…

Balaam and the Angel, Be-Bop Deluxe, Big Country, Blue Cheer, BoDeans, Brodie (Dan), Buffalo, Bull Angus…

The Cars, Cave (Nick), The Celibate Rifles, The Chameleons (UK), The Churchills, Concrete Blonde, The Cramps…

Dictators, Died Pretty, Dirty Ray, DMZ, Dramarama…

54.40, Fixed Up, Free, Freedom, Frijid Pink…

Georgia Satellites, Golden Smog, Grand Funk Railroad, Granicus, Grant-Lee Buffalo, The Greatest Show On Earth, Green On Red, Guadalcanal Diary, Gun (60's)…

Hanoi Rocks, Harvey (Alex), Hawkwind, Hell's Kitchen, Hiatt (John), High Tide, The Hitmen, Hooters, Husker Du…

Idle Race, Immaculate Fools…

The Jam, Jason & The Scorchers, Jellybread, Jeronimo, Jesus Volt, The J. Geils Band, The Johnnys, Josefus, Juicy Lucy… 

Kashmir (Danemark), Kid Pharaon…

Louie & The Lovers…

Masters Apprentices, McMurty (James), Modern Lovers, Mother Superior, The Move, Mungo Jerry, Music Machine…

Omar & The Howlers, The Only Ones…

Patto, Pink Fairies, The Primevals, Prince, The Proclaimers…

Quill…

The Rainmakers, Todd Rundgren…

Sam Gopal, Joe Satriani, Sharks, Shoulders, Silencers, Slade, Smack, Steamhammer, Stems, Stray…

Television, Tempest, Ten Years After, Les Thugs, T.I.M.E, Titanic, Toe Fat, T2, Tucky Buzzard, TV Smith…

UFO…

The Wallflowers, Webb Wilder, Wire Train, World Party, Steve Wynn…

The Yayhoos, Young (Neil)…

Frank Zappa…

 

À venir également sur Radio Perfecto :

— 10/11 : retransmission du concert de Little Bob & The Blues Bastards depuis le Magic Mirrors du Havre.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

VIETNAM "VIETNAM" (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO

03/03/2019

1/10
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

RSS Feed