© 2019 Radio Perfecto | vie privée

LOU REED (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO)

27/10/2018

On a tous adoré détester Lou Reed

 

Il y a cinq ans disparaissait Lou Reed. Petit portrait de cet artiste qui ne dégageait pas nécessairement une sympathie contagieuse, mais qui s'en moquait comme de sa quinzième paire de lunettes de soleil !…   

 

Sado-masochisme, homosexualité, démons invisibles et substances illicites, le Velvet Underground était le jouet de Lou Reed et Lou Reed cassa son jouet, en se retirant chez ses parents, peu avant la sortie de l'album Loaded. Parents qui —alors qu'il avait 17 ans— lui avaient fait subir un traitement par électrochocs afin de l'éloigner de ses attirances homosexuelles (sic). Une première boucle venait d'être bouclée, Lou Reed pouvait renaître…

 

Petit père des punks et salpêtre des peuples, il était le ver de la Grosse Pomme. Portraitiste racé, il a arpenté le pavé new-yorkais et nous l'a recraché à la gueule comme personne. Lou York, Lou York…  Il ne chantait pas, n'enchantait pas, mais nous invitait en sa noirceur, creusant frénétiquement le même sillon, jusqu'à nous filer le tournis…

 

Berlin, son troisième album solo est déjà son chef-d'œuvre, sa perle noire. Un four monumental. 

 

Susceptible et irascible, il refusa de le jouer sur scène pendant 33 ans, une autre résurrection. Si Berlin n'était pas assez bien pour nous, c'est que nous ne le méritions pas.

 

Je-m'en-foutiste multi-récidiviste, auteur d'une foultitude d'albums copiés-collés, Lou avait le riff facile et le verbe joyeusement délétère. Et, toujours, il nous toisait, fricotait avec le noise ou se la jouait expérimental hermétique. Avec ce sourire narquois, cette suffisance face aux journalistes, cette condescendance en public. Son public. 

 

Public devant lequel pourtant il accoucha d'un des albums live les plus organiques et orgasmiques qui soient, Rock'n'Roll Animal, le bien nommé. Suivi, forcément, d'une ribambelle d'enregistrements en public plus embarrassants les uns que les autres.

 

Oui, décidément, on a tous détesté adorer Lou Reed. Et il nous le rendait bien.

 

 

Christophe Goffette

www.goofprod.com

 

 

DISCOGRAPHIE 1972-2004  :

 

— Lou Reed (1972) ***1/2

— Transformer (1972) ****1/2 — À ÉCOUTER EN PRIORITÉ

— Berlin (1973) ****1/2 — À ÉCOUTER EN PRIORITÉ

— Rock'n'Roll Animal (1974) ****1/2 — À ÉCOUTER EN PRIORITÉ

— Sally Can't Dance (1974) ***

— Lou Reed Live (1975) ***1/2

— Metal Machine Music (1975) **1/2

— Coney Island Baby (1975) ****

— Rock'n'Roll Heart (1976) **1/2

— Street Hassle (1978) ***

— Live Take No Prisoners (1978) ***

— The Bells (1979) **

— Growing Up In Public (1980) **

— The Blue Mask (1982) **1/2

— Legendary Hearts (1983) ***

— Live In Italy (1984) ***

— New Sensations (1984) **1/2

— Mistrial (1986) **

— New York (1989) ***

— Songs For Drella (avec John Cale) (1990) ***1/2

— Magic & Loss (1992) **1/2

— Set The Twilight Reeling (1995) **1/2

— Perfect Night Live In London (1998) ***1/2

— Ecstasy (2000) **

— American Poet (2001) ***

— The Raven (2003) *1/2

— Animal Serenade (2004) ***

 

 

LA SÉLECTION DU GOOF  :

  1. Lou Reed « Intro — Sweet Jane » (Rock’n’Roll Animal, 1974)

  2. Lou Reed « Vicious » (Transformer, 1972)

  3. Lou Reed « I Can’t Stand It » (Lou Reed, 1972)

  4. Lou Reed « Sally Can’t Dance » (Sally Can’t Dance, 1974)

  5. Lou Reed « The Kids » (Berlin, 1973)

  6. Lou Reed « Satellite Of Love » (Transformer, 1972)

  7. The Velvet Underground & Nico « Venus In Furs » (The Velvet Underground & Nico, 1966)

  8. Lou Reed « Crazy Feeling » + « Charley’s Girl » (Coney Island Baby, 1975)

  9. Lou Reed « Walk On The Wild Side » (Transformer, 1972) 10.

  10. Lou Reed « Heroin » (Rock’n’Roll Animal, 1974)

 

Déjà paru :

BangBlodwyn Pig — Blue Ash ("No More No Less", 1973) ;

Cactus — Cheap Trick ("Cheap Trick", 1977)  ;

Del Fuegos (The) — Del Lords (The)

Fleetwood Mac (1/2) — Fleetwood Mac (2/2) ;

Hawkins (Taylor) & The Coattail Riders Hoodoo Gurus ;

London Cowboys ;

Marriott (Steve) (1/2)Marriott (Steve) (2/2) — Moore (Gary) (Blues For Greeny, 1995) ; Mother Tongue ("Mother Tongue", 1994)

Peer Günt ;

Sheriff (Les) — Spedding (Chris)

 

À lire et écouter ces prochains jours :

"Kak" de Kak (28/10), Captain Beyond (29/10), The Smithereens (30/10)…

 

À suivre (dans le désordre et entre autres) ces prochaines semaines :

Eric McFadden, Wild Turkey, Atomic Rooster, Les Thugs, Adam & The Ants, The Greatest Show On Earth, Little Bob, Todd Rundgren, Dramarama, The Hitmen, Steve Wynn, Louie & The Lovers, The Rave-Ups, Webb Wilder, Fixed Up, Kid Pharaon, Frank Zappa, Sharks, Joe Satriani, Big Country, The Wallflowers, Kashmir (Danemark), Jason & The Scorchers, Balaam and the Angel, The Gods, Mother Superior, Georgia Satellites, Blackfire, The Rainmakers, BoDeans, UFO, Tucky Buzzard, The Unforgiven, Tempest, Television, Modern Lovers, The Primevals, Freedom, DMZ, Grant-Lee Buffalo, Jellybread, High Tide, Black Pearl, Guadalcal Diary, The Proclaimers, John Hiatt, Jeronimo, Green On Red, The Replacements, The Yayhoos, Titanic, Titanic, Masters Apprentices, 54.40, Art, BoDeans, Hooters, Guadalcanal Diary, Husker Du, The Cramps, Died Pretty, Johan Asherton, Dan Brodie, Dictators, Immaculate Fools, Dirty Ray, Frijid Pink, Granicus, High Tide, Be-Bop Deluxe, Variations, Josefus, Juicy Lucy, Patto, Smack, Steamhammer, Buffalo, TV Smith…

 

À venir également sur Radio Perfecto :

— 10/11 : retransmission du concert de Little Bob & The Blues Bastards depuis le Magic Mirrors du Havre.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

VIETNAM "VIETNAM" (L'ENCYCLOPÉDIE ROCK RADIO PERFECTO

03/03/2019

1/10
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

RSS Feed